Genève: Des caméras contre le pipi et les déchets
Actualisé

GenèveDes caméras contre le pipi et les déchets

La Ville va installer un système de vidéosurveillance pour lutter contre les incivilités à l'école des Pâquis. D'autres mesures sont déjà en place.

par
David Ramseyer
Keystone/Jean-christophe Bott

Les odeurs d'urine et les détritus, sans parler du deal, sont monnaie courante dans le préau de l'école primaire des Pâquis. Surtout depuis l'ouverture des travaux de rénovation de l'établissement, l'été dernier. Parents et enseignants s'en sont amèrement plaints: ils ont manifestement été entendus. Pour dissuader les auteurs de ces incivilités, quatre caméras de surveillance reliées à la police municipale vont être posées, a révélé la télévision locale «Léman Bleu». Quand? «Dès que possible», espère le Département municipal de l'aménagement. Ce dernier précise que le système de vidéosurveillance fonctionnera uniquement en dehors des heures scolaires, pour préserver la sphère privée des enfants.

D'autres mesures de prévention ont déjà été prises, début octobre. Deux cabines de WC chimiques trônent en face de l'école, à la rue de la Navigation. Dans le préau, des éclairages avec détecteurs de mouvements sont en place. Enfin, une peinture spéciale habille désormais le sol et les murs, là où certains aiment se soulager. Ce produit, qui empêche l'urine d'imprégner le béton, permet de réduire les odeurs et de plus facilement nettoyer les endroits souillés.

Coût de ces aménagements: moins de 10'000 francs, selon les autorités. «Dire qu'on doit en arriver là parce que des gens se fichent du bien-être des autres, c'est déplorable, soupire Esther Alder, conseillère administrative chargée de la cohésion sociale. Nous aurions préféré allouer ces moyens ailleurs».

Ton opinion