Actualisé 16.10.2008 à 21:52

VidéosurveillanceDes caméras filmeront la place de la gare à Aigle

Le Conseil communal a autorisé, jeudi, l'utilisation de la vidéosurveillance. Un procédé qui se répand.

de
Sébastien Jost

Le Conseil communal a accepté, jeudi soir, à une grande majorité que trois endroits soient munis de caméras à la place de la Gare. Il n'a pas été sensible aux arguments de la minorité qui dénonçait une «atteinte à la liberté qu'un Etat totalitaire ne renierait pas».

C'est après plusieurs cas de vandalisme et de violences que la Municipalité avait souhaité instaurer un tel système. «Je suis content, a réagi le syndic, Frédéric Broloz, le Conseil communal a accepté ce règlement et a compris que d'autres mesures sont asssociées pour assurer la sécurité. Comme le renforcement des effectifs de police et la présence de parrains et marraines à la gare.»

D'autres communes ont déjà cédé aux sirènes de la vidéosurveillance. A Lutry, où l'installation de 15 caméras au collège du Grand-Pont en 2006 avait fait grand bruit, on se dit ravi du système. «Cela fonctionne à merveille, se réjouit Willy Blondel. Grâce à la vidéosurveillance, il n'y a plus de vandalisme et de dépradations.» Si le syndic souligne l'efficacité du procédé, il reconnaît «qu'on ne règle pas tous les problèmes avec des caméras».

Même réaction à Bussigny, où des objectifs sont braqués sur le collège du Tombey. «C'est un système dissuasif très efficace», estime le syndic, Michel Wehrli.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!