Suisse: Des camions plus sûrs sur le transit alpin: projet mal reçu

Publié

SuisseDes camions plus sûrs sur le transit alpin: projet mal reçu

Une commission du Conseil national souhaite un durcissement de la législation sur la circulation des véhicules lourds dans les Alpes.

Les véhicules lourds devront impérativement être équipés de systèmes d’assistance.

Les véhicules lourds devront impérativement être équipés de systèmes d’assistance.

Photo d’illustration/Keystone

A l’avenir, les camions et les cars ne devraient être autorisés à circuler sur les routes de transit à travers les Alpes suisses que s’ils sont équipés de systèmes modernes d’assistance à la conduite. Cette exigence est mal accueillie par l’Astag et les partis de droite.

La commission des transports du National avait mis en consultation jusqu’au 30 septembre un projet visant à diminuer les accidents sur les axes de transit alpins. Le projet met en oeuvre une initiative cantonale tessinoise.

Un niet d’Astag

Selon celui-ci, les véhicules lourds devront impérativement être équipés de systèmes d’assistance au plus tard cinq ans après que ces systèmes auront été rendus obligatoires pour l’octroi de l’homologation par type ou le contrôle des véhicules.

Les systèmes dernier cri, qui devraient être utilisés au Gothard, au San Bernardino, au col du Simplon et au Grand Saint-Bernard, non seulement alertent le conducteur, mais interviennent aussi sur les commandes. Ils peuvent par exemple reprendre la main en cas d’urgence et éviter des collisions et autres carambolages.

L’association suisse des transports routiers (Astag) rejette la proposition d’un revers de main. Exiger un système d’assistance à la conduite ou interdire de circuler aux véhicules qui ne possèdent pas cet équipement ne suffit pas pour renforcer la sécurité routière sur les axes de transit, écrit-elle. Les conducteurs peuvent par exemple désactiver la plupart des systèmes d’assistance.

«Contrainte inutile»

L’Astag estime qu’il est bien plus important d’adapter les routes à l’augmentation du trafic. La sécurité sera mieux assurée avec deux tunnels à voie unique traversant le Gothard. Comme auparavant, les exigences techniques applicables aux véhicules devraient être fondées sur le droit de l’Union européenne (UE), tel que stipulé dans l’accord sur les transports terrestres.

L’UDC et le PLR rejettent également le projet. L’UDC parle de «contrainte politique inutile» sur le dos de l’économie. De toute façon, les engins seront adaptés selon l’évolution du marché, estime-t-elle.

PS: coûts élevés dus aux accidents

Le Parti libéral-radical affirme pour sa part que ces nouvelles exigences porteraient un coup dur aux investissements dans le parc de véhicules. Les deux partis font encore valoir que des véhicules adaptés aux dernières innovations sont généralement utilisés pour le trafic international.

De leur côté, le parti socialiste (PS), les Verts, les démocrates-chrétiens (PDC) et les Vert’libéraux (PVL) soutiennent le projet, qui permettrait de réduire le nombre de personnes tuées dans des accidents impliquant des poids lourds ou des cars. Sans oublier que les coûts liés à ces accidents sont élevés, selon le PS. Pour les Verts, c’est «une mesure rapide et efficace qui permet d’améliorer la sécurité» sur les routes de transit.

Le PS, les Verts et le PVL refusent qu’une période de mise en œuvre plus longue soit accordée au trafic intérieur, comme le préconise la commission du National. Le PS note cependant qu’il préfère ce délai accordé au trafic local plutôt qu’un statu quo. Le PDC, en revanche, partage l’avis de la commission sur ce point.

(ATS/NXP)

Ton opinion