Actualisé

LausanneDes casseurs anti-Blocher se retrouvent au tribunal

Le procès de quatre jeunes ayant participé violemment à une manif en septembre 2007 au Comptoir Suisse s'est ouvert lundi.

par
ats/Frédéric Nejad

Le Ministère public vaudois a requis lundi 180 jours-amendes avec sursis contre chacun des quatre individus. Ils sont accusés notamment d'émeute, de dommages à la propriété et de menaces. Ils avaient participé activement aux débordements qui avaient suivi le défilé pacifique de protestation contre la venue du conseiller fédéral Christoph Blocher au Comptoir Suisse en septembre 2007.

Les avocats des quatre accusés ont fustigé l'idée d'un procès «pour l'exemple». Ils ont évoqué la «révolte de jeunes» contre une idéologie et se sont étonnés que leurs clients se retrouvent devant un tribunal correctionnel pour «de telles broutilles».

Mais pour l'accusation, ces individus sont bien coupables d'avoir participé activement aux débordements en marge du défilé. «Les effractions commises sont graves, les dégâts conséquents et leur participation a été établie», a dit la substitut du procureur.

En début d'audience, lundi, la Société générale d'affichage et le secrétaire général de l'UDC Vaud, Claude-Alain Voiblet, ont retiré leur plainte portant sur les dommages contre les affiches de Christoph Blocher posées dans les rues. «Je trouve regrettable que l'on vienne casser de la police dans un pays où la démocratie fonctionne», a déclaré Claude-Alain Voiblet.

Guérilla et sévérité

Les partis de gauche et d’extrême gauche avaient appelé à manifester contre la visite lausannoise du conseiller fédéral UDC lors de la journée officielle du Comptoir Suisse, le 18 septembre. La Municipalité avait boycotté le ministre. Plusieurs dizaines de casseurs avaient ensuite brisé du moblier urbain et mis le feu à des containers-poubelles. Par la suite, la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro avait appelé à un durcissement des sanctions.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!