Bâle: Des casseurs ravagent la rue commerçante
Actualisé

BâleDes casseurs ravagent la rue commerçante

Une vingtaine de casseurs cagoulés ont vandalisé la principale rue commerçante de Bâle vendredi en fin de soirée.

Les vandales ont cassé presque toutes les vitrines des commerces le long de la Freie Strasse, mais n'ont rien volé.

Les vandales ont cassé presque toutes les vitrines des commerces le long de la Freie Strasse, mais n'ont rien volé.

Ils ont défoncé les vitrines de près de trente magasins et endommagé une dizaine de voitures, a indiqué le Ministère public de Bâle-Ville.

La police ne connaît pas les motifs des vandales, a déclaré samedi matin le porte-parole du Ministère public Markus Melzl. Il a toutefois indiqué qu'ils ont sprayé des slogans et des symboles anti- capitalistes contre les murs.

Les vandales ont cassé presque toutes les vitrines des commerces sur 200 à 300 mètres le long de la Freie Strasse, mais n'ont rien volé, a précisé M. Melzl. Le montant des dégâts doit encore être estimé mais le porte-parole les évalue déjà à plusieurs centaines de milliers de francs. De 25 à 30 commerces ont été touchés.

Les casseurs ont également fracassé au passage les pare-brise d'une dizaine de véhicules. Ils se sont ensuite rapidement dispersés. Alertée par des passants, la police a retrouvé sur les lieux des masses et les pièces de vêtements qu'ils ont utilisées pour dissimuler leurs visages. Les forces de l'ordre n'ont pu arrêter personne.

Selon les premiers éléments connus, un cortège aux flambeaux non- autorisé réunissant une centaine de personnes et accompagné d'un véhicule aurait précédé les violences. Selon des témoins, cette manifestation était pacifique, a précisé M. Melzl. Mais subitement, une vingtaine de personnes s'en sont détachés après avoir passé des cagoules et ont donné libre cours à leur furie.

Extrême-gauche ou hooligans

Les casseurs n'ont pas encore pu être identifiés. Selon M. Melzl, il pourrait s'agir de militants d'extrême-gauche puisqu'ils ont sprayé des slogans anti-capitalistes.

Mais il est également possible que les vandales proviennent des milieux des supporters de football violents. Le cortège aux flambeaux pourrait en effet être lié à la polémique autour d'une plainte déposée contre un joueur du FC Bâle qui aurait allumé un fumigène lorsque son club a fêté son titre de champion de Suisse.

(ats)

Ton opinion