Actualisé 23.07.2018 à 12:18

Indonésie

Des cellules grand luxe en échange de pots-de-vin

Des détenus d'une prison indonésienne ont versé des pots-de-vin pour avoir des cellules équipées d'écrans plats, d'air conditionné ou de salles de bain privées.

1 / 4
Des employés ont accepté de la part de détenus des pots-de-vin oscillant entre 12'000 à 30'000 euros en échange d'une rénovation de leur cellule et de confort. (Lundi 23 juillet 2018)

Des employés ont accepté de la part de détenus des pots-de-vin oscillant entre 12'000 à 30'000 euros en échange d'une rénovation de leur cellule et de confort. (Lundi 23 juillet 2018)

AFP
A l'entrée de la prison, jetés par terre, toutes sortes de produits de la corruption: écrans plats, vaiusselle, etc. Les prisonnoier ont pu avoir l'air conditionné, des salles de bain privées et même des permissions de sortie.(Lundi 23 juillet 2018)

A l'entrée de la prison, jetés par terre, toutes sortes de produits de la corruption: écrans plats, vaiusselle, etc. Les prisonnoier ont pu avoir l'air conditionné, des salles de bain privées et même des permissions de sortie.(Lundi 23 juillet 2018)

AFP
kein Anbieter

Des employés d'une prison à Bandung, ville au sud-est de Jakarta, ont accepté de la part de détenus des pots-de-vin oscillant entre 200 et 500 millions de roupies (de 12'000 à 30'000 euros) en échange d'une rénovation de leur cellule et de confort, a précisé la Commission pour l'éradication de la corruption (KPK).

Cinq suspects parmi lesquels le directeur de la prison de Sukamiskin, qui a accepté de l'argent liquide et deux automobiles en échange de ces passe-droits, ont été arrêtés, a ajouté la KPK, un organisme indépendant ayant le pouvoir d'ordonner l'interpellation de suspects et de les inculper.

Au cours d'une opération effectuée dimanche, les enquêteurs de la KPK ont découvert des cellules équipées de salles de bain avec douche à eau chaude, réfrigérateurs, machines à café, fours à micro-ondes ou encore de chaînes stéréo.

Cet établissement pénitentiaire a déjà été au centre d'autres scandales de ce type par le passé.

«C'est la troisième fois que cela arrive. Nous nous excusons auprès de la population indonésienne», a déclaré dimanche le directeur général des prisons indonésiennes, Sri Puguh Utami, à des journalistes.

Il est de notoriété publique en Indonésie que la corruption endémique dans ce pays d'Asie du Sud-Est est répandue aussi dans les prisons, où des détenus fortunés peuvent améliorer leurs conditions de détention et obtenir des faveurs en échange de versement de pots-de-vin. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!