Neuchâtel: Des centaines d'enseignants font grève
Actualisé

NeuchâtelDes centaines d'enseignants font grève

Ce jeudi, de nombreux professeurs ont une nouvelle fois protesté contre le projet de grille salariale du canton.

Quelque 600 enseignants ont protesté jeudi contre leurs conditions salariales à venir.

Quelque 600 enseignants ont protesté jeudi contre leurs conditions salariales à venir.

Keystone

Une partie des enseignants neuchâtelois était une nouvelle fois en grève jeudi pour exiger du Conseil d'Etat qu'il retire son projet de grille salariale. Venue à la rencontre des manifestants, la conseillère d'Etat Monika Maire-Hefti a été copieusement huée.

Entre 500 et 600 enseignants ont envahi la Cour du Château à Neuchâtel, siège des autorités cantonales, pour remettre une pétition exigeant le retrait de la grille salariale. Le texte a récolté 4355 signatures en l'espace de deux semaines.

«Nous ne voulons pas de grille salariale», a lancé Marie Guinand, coprésidente de la section enseignants du Syndicat des services publics (SSP). Pour le corps enseignant neuchâtelois, ce projet dévalorise la profession et entraîne des pertes sur le salaire de carrière.

Conseillère d'Etat chahutée

Venue à la rencontre des manifestants rassemblés dans la Cour du Château, la conseillère d'Etat socialiste Monika Maire-Hefti a été conspuée. Son discours a été à plusieurs reprises couvert par les sifflets et les huées. «Mensonges» ou «on veut des engagements écrits» ont lancé les manifestants.

«Je ne suis ni sourde ni aveugle, je vois bien les enseignants dans les rues», a déclaré la cheffe du Département de l'éducation et de la famille. Monika Maire-Hefti a énuméré une liste d'améliorations proposées par le Conseil d'Etat tout en restant inflexible sur la grille salariale.

Il s'agit de la troisième journée de grève des enseignants au cours du mois de novembre. «La grève est le dernier recours pour préserver la qualité de l'enseignement», a expliqué un enseignant gréviste. Sur l'une des nombreuses banderoles, l'on pouvait lire «L'Etat économise, l'école agonise».

Prochaine grève mercredi

Les manifestants ont ensuite pris la route en cortège à destination de la Cité universitaire pour leur assemblée générale. A une large majorité, ils ont décidé de reconduire mercredi prochain leur grève.

Ils ne donneront pas suite au mouvement vendredi, car le Conseil d'Etat les invite à discuter, a indiqué à l'ats Claude Grimm, secrétaire syndicale au SSP, région Neuchâtel. «Mais nous allons continuer à faire pression et exiger que la grille salariale soit retirée», a-t-elle assuré.

La bataille du SSP, soutenu par le Syndicat autonome des enseignants neuchâtelois, s'annonce difficile. Le Conseil d'Etat ne compte pas revenir sur sa décision, l'entrée en vigueur de la grille salariale n'est pas négociable, selon lui. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion