Actualisé 24.02.2016 à 11:53

BruxellesDes chercheurs suisses obtiennent 54 millions

Le Conseil européen de la recherche a octroyé des subventions à des scientifiques à hauteur de 582 millions au total.

Une personne teste un instrument biomédical, à Microcity, antenne neuchâteloise de l'EPFL, en mai 2014. (Photo d'illustration)

Une personne teste un instrument biomédical, à Microcity, antenne neuchâteloise de l'EPFL, en mai 2014. (Photo d'illustration)

photo: Keystone

Le Conseil européen de la recherche (CER) à Bruxelles a distribué ses «Consolidator Grants», des subventions de consolidation dotées d'au maximum 2,2 millions de francs chacune. Vingt-cinq chercheurs d'instituts de recherche en Suisse en bénéficient.

Les bourses du CER sont très sollicitées, car elles sont une preuve d'excellence d'un projet. Les Consolidator Grants sont destinés aux chercheurs avancés qui font état de sept à douze ans de recherche afin qu'ils puissent mettre sur pied une propre équipe scientifique.

Parmi 2051 candidatures, 302 chercheurs de toute l'Europe recevront 582 millions d'euros (quelque 634 millions de francs).

Recherche sur le cancer

Quatre femmes et 21 hommes effectuant leurs recherches en Suisse bénéficient de 54 millions de francs. En comparaison internationale, seule la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la France et les Pays-Bas en comptent davantage.

Les projets helvétiques concernent par exemple la recherche sur le cancer, la biologie moléculaire, la recherche sur des cellules souche, sur le cerveau ou la physique théorique. L'EPF de Lausanne se distingue particulièrement, avec six bourses. L'Université de Zurich en obtient cinq, celles de Lausanne et de Berne trois chacune.

Vote du 9 février

La Suisse avait été momentanément exclue du programme de soutien du CER, après le vote du 9 février 2014. Ce jour-là, le peuple suisse avait accepté de justesse de limiter l'immigration en réintroduisant les contingents, en opposition à l'accord sur la libre circulation des personnes avec l'UE.

En septembre 2014, la Suisse avait été partiellement et provisoirement réadmise dans ce programme. L'accord négocié alors est valable jusqu'à fin 2016. Pour la suite, la participation de la Suisse dépendra du maintien d'une véritable libre-circulation entre la Suisse et l'UE. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!