Sciences: Des chercheurs zurichois rendent le bois électrique
Publié

SciencesDes chercheurs zurichois rendent le bois électrique

Une équipe conjointe de l’Empa et de l’EPFZ est parvenue à créer une éponge en bois capable de générer une tension électrique lorsqu’elle est pressée.

par
Pascal Schmuck
Même une petite pression peut générer une tension électrique dans l’éponge en bois, a découvert le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa).

Même une petite pression peut générer une tension électrique dans l’éponge en bois, a découvert le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa).

EMPA

Une équipe de recherche de l’Empa et de l’EPFZ a mis au point un procédé pour produire de l’électricité à partir d’une sorte d’éponge en bois. Leurs travaux ont été publiés dans la revue «Science Advances», annonce mardi le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa).

L’équipe a appliqué au bois l’effet dit piézoélectrique, qui veut qu’une tension électrique soit générée par la déformation élastique des solides. Pour y arriver, les chercheurs ont dissous partiellement la lignine composant les parois cellulaires du bois.

L’éponge de bois blanc qui en résulte est constituée de fines couches de cellulose, «qui peuvent être facilement pressées ensemble et se dilater ensuite pour reprendre leur forme initiale – le bois devient alors, pour ainsi dire, élastiquement déformable», explique l’Empa dans son communiqué.

Application industrielle possible

Le cube d’essai s’est montré stable lors des cycles de charge et les chercheurs ont prouvé que 30 blocs de bois de ce type peuvent déjà éclairer un simple écran LCD. «Il serait donc concevable d’avoir un parquet qui convertit l’énergie des pas en électricité», ajoute l’Empa.

Les procédés utilisés pour créer ce bois sont respectueux de l’environnement puisque c’est un champignon qui a été mis à contribution pour dissoudre la lignine: le «Ganoderma applanatum» à la base de la pourriture blanche du bois.

«Le champignon décompose la lignine et l’hémicellulose du bois de manière particulièrement douce», explique Javier Ribera, chercheur à l’Empa. En outre, le processus peut être facilement contrôlé en laboratoire. Les chercheurs sont déjà en pourparlers avec des partenaires de coopération potentiels afin d’adapter la technologie à une application industrielle.

Ton opinion