Actualisé 03.09.2019 à 17:40

Saint-Gingolph (VS)Des chèvres dévorées par le loup en pleine journée

Un carnage a eu lieu à quelques dizaines de mètres d'un chalet d'alpage en plein jour. Rien de complètement nouveau toutefois.

de
rmf/gma
1 / 4
kein Anbieter
Deux chèvres ont été dévorées lundi en pleine journée près du chalet de l'alpage de l'Au de Morge.

Deux chèvres ont été dévorées lundi en pleine journée près du chalet de l'alpage de l'Au de Morge.

Lecteur reporter
Un loup en serait le responsable, peut être même deux.

Un loup en serait le responsable, peut être même deux.

Lecteur reporter

La journée semblait se dérouler normalement, lundi, à l'alpage de l'Au de Morge, en-dessus de Saint Gingolph (VS). Les quatre chèvres de compagnie étaient sorties pour la journée, tandis que le troupeau de vaches paissait tranquillement et que les travailleurs vaquaient à leurs occupations autour du chalet.

«Nous avons vu les chèvres en vie à 7h du matin, atteste Alessio, fromager à l'Au de Morge. A 15h, une promeneuse est venue nous signaler que deux d'entre elles gisaient, à moitié dévorées, à moins de 80 mètres du chalet.» Le coupable: un loup, peut-être même deux. «Un chasseur passé boire un verre quelques jours avant nous avait justement signalé des cris de loup. Mais, comme tout s'était toujours bien passé, on ne s'est pas méfiés.»

Visibilité réduite

Le fait est que cette attaque en plein jour inquiète le fromager. «L'activité humaine ne fait plus peur au loup, apparemment. Il y a quelques semaines, un vacher a dû protéger un troupeau pendant une heure durant la nuit avec juste une lampe de poche. Être face à un humain ne l'a pas fait partir tout de suite.»

Yvon Crettenand, biologiste au service valaisan de la faune, confirme que l'attaque est bien l'oeuvre d'un loup, ou en tout cas d'un grand canidé. Des échantillons de salive ont été prélevés en vue d'analyse ADN. Le moment de l'attaque, par contre, ne le surprend pas. «Les attaques de jour surviennent plus souvent lorsque la visibilité est réduite par mauvais temps, ce qui était le cas lundi, explique-t-il. Et maintenant qu'il y a davantage de loups, nous nous attendons à davantage d'attaques diurnes sur des animaux de rente, y compris à proximité des humains.»

Quant aux déboires des paysans, le biologiste rappelle que des informations concernant les méthodes de protection ont été données ce printemps par le service cantonal de l'agriculture, en charge de la protection des troupeaux. A l'Alpage de l'Au de Morge, un responsable de la protection des troupeaux va venir faire ses recommandations, indique Alessio.

Sept louveteaux aperçus dans le Chablais

Le Service de la chasse, de la pêche et de la faune valaisan a constaté la présence d'une meute de loups avec reproduction dans les vallons de Vionnaz et de Vouvry. (Vidéo: ATS)

Trois louveteaux filmés dans le Jura vaudois

Trois jeunes loups ont été identifiés au Marchairuz. Leur observation prouve la présence d'une meute dans le canton de Vaud. Une première depuis 150 ans. (images: DTE)

Prédateur trop protégé?

L'annonce ces dernier jours de l'installation de deux meutes dans le Chablais et dans le Jura vaudois inquiète Diana Romande. L'association de chasseurs demande des mesures pour gérer cette recrudescence de prédateurs. Selon elle, «le loup doit en effet pouvoir être régulé au même titre que les autres gibiers, afin de préserver un équilibre acceptable entre le développement de la faune sauvage et les activités et besoins humains». Elle estime que «le statut de protection totale du loup n'est plus adapté à son développement exponentiel».

Chiens de protection en «rupture de stock»

Il faut se montrer patient pour obtenir un chien de protection. «Le Nouvelliste» a publié hier le témoignage d'un éleveur chablaisien qui a fait une demande pour un chien de montagne des Pyrénées en mai: «On m'a dit qu'il y avait rupture de stock», s'étonne-t-il. «La Confédération a mis en place une nouvelle planification. Il faut plusieurs mois, parfois une année», justifie L'Association suisse pour le développement de l'agriculture et de l'espace rural (Agridea).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!