Reese Witherspoon: «Des choses terribles me sont arrivées»
Publié

Reese Witherspoon«Des choses terribles me sont arrivées»

L'actrice Reese Witherspoon a été agressée et harcelée, au début de sa carrière. À cette époque-là, elle n'avait pas osé en parler.

par
Ludovic Jaccard
Reese Witherspoon préfère miser sur l'humour plutôt que sur sa plastique.

Reese Witherspoon préfère miser sur l'humour plutôt que sur sa plastique.

AFP/Frazer Harrison

Solidaire avec les victimes de harcèlement dans tous les milieux professionnels, Reese Witherspoon oeuvre également pour une meilleure représentation des femmes au cinéma. Interviewée dans «Vanity Fair», l'Américaine de 43 ans est revenue sur le mouvement MeToo qui fait douloureusement écho à ses débuts dans le 7e art. En 2017, l'actrice avait révélé qu'elle avait été abusée par un réalisateur alors qu'elle avait 16 ans. «Des choses terribles me sont arrivées. J'ai été agressée et harcelée. On m'a demandé pourquoi je n'avais pas parlé plus tôt. Vous racontez votre histoire avec votre temporalité, quand vous êtes prête», justifie-

t-elle.

On l'avait alors traitée d'égoïste d'avoir gardé son expérience traumatisante pour elle. «Il y a 25 ans, l'opinion publique ne s'intéressait pas à ce qui m'était arrivé. Les réseaux sociaux ont créé une nouvelle manière pour les gens de s'exprimer que moi je n'avais pas. Il y avait beaucoup de jugement», se rappelle la star.

Pas envie d'être une actrice sexy

Concernant son image publique, l'héroïne de la série «The Morning Show», sur Apple TV, préfère passer pour une artiste drôle plutôt que d'être sexualisée malgré elle. «J'ai toujours eu du mal avec l'exploitation de ma sexualité. Quand je suis arrivée dans le cinéma, il y avait tous ces magazines pour hommes pour lesquels on m'a demandé de poser. Ce n'était pas la manière dont je voulais être vue. Ce n'était pas la manière dont je me voyais moi, dit-elle. J'ai toujours voulu faire rire. Vous ne pouvez pas être obsolète avec l'humour.»

Regardez la bande-annonce de la série «The Morning Show»:

Ton opinion