Belgique: Des clandestins en grève de la faim se cousent les lèvres

Actualisé

BelgiqueDes clandestins en grève de la faim se cousent les lèvres

Deux immigrés clandestins participant à Liège à une grève de la faim pour obtenir leur régularisation se sont cousus les lèvres pour marquer leur détermination, ont rapporté mardi les médias belges.

Sur 75 sans-papiers qui occupent depuis juin la gare liégeoise de Bressoux, 37 ont entamé le 2 septembre une grève de la faim, dont cinq, à ce jour, se sont cousus les lèvres, a indiqué l'agence de presse Belga, confirmant une information de la télévision publique RTBF.

Samedi, trois sans-papiers s'étaient déjà cousus les lèvres en signe de durcissement de leur action.

Ils craignent de ne pas entrer dans les critères de régularisation prévus dans un récent accord gouvernemental.

Un porte-parole de l'OSP (Organisation des Sans-Papiers), Youssef El Hadif, a précisé que six des 37 grévistes de la faim avaient dû être hospitalisés jusque là un mais que tous ont rejoint la gare de Bressoux par la suite. «Ils restent décidés à ne terminer leur grève de la faim qu'une fois une solution trouvée», a-t-il dit.

D'après France Arets, membre d'un Comité de soutien aux sans papiers, «certains même ne boivent presque pas. Ils s'inquiètent, ont peur de se retrouver expulsés ou cloîtrés dans des centres fermés quand les autres seront régularisés».

Les cinq partis siégeant dans le gouvernement belge de Herman Van Rompuy sont parvenus le 18 juillet à un accord sur la délicate question des sans-papiers, après deux ans d'impasse due à leurs divisions sur le traitement à réserver aux immigrés illégaux.

Durant cette période, les sans-papiers avaient multiplié les occupations sauvages de bâtiments, escaladant parfois même des grues de chantier, ainsi que les grèves de la faim. (afp)

Ton opinion