Actualisé 19.01.2010 à 09:49

Chine

Des comptes Gmail de journalistes étrangers piratés

Des comptes de la messagerie électronique de Google de journalistes étrangers travaillant en Chine ont été piratés, a affirmé lundi la «Foreign Correspondents' Club of China» (FCCC), une association professionnelle de journalistes basée à Pékin.

«Les correspondants étrangers de plusieurs bureaux à Pékin ont récemment découvert que leurs comptes Gmail avaient été piratés. Leurs courriers électroniques ont été envoyés à une adresse électronique inconnue», écrit FCCC sur son site internet.

FCCC «rappelle à tous (ses) membres que les journalistes en Chine ont fait l'objet d'attaques ciblées de pirates au cours des deux dernières années». L'association de journalistes appelle ses membres à faire preuve de vigilance en surfant sur internet, à ne pas ouvrir de pièces jointes suspectes et à utiliser régulièrement un logiciel antivirus. FCCC recommande également de changer régulièrement de mot de passe et d'utiliser la version sécurisée de Gmail.

Reporters sans frontières indignée

Alertée par FCCC, l'organisation Reporters sans frontières (RSF) a exprimé «son indignation et sa vive inquiétude». «En visant des journalistes étrangers basés à Pékin, les hackers tentaient probablement d'obtenir des contacts et des informations sur ces militants des droits de l'homme qui acceptent de parler à la presse étrangère», écrit RSF dans un communiqué.

«Compromettre les moyens de communication de ces reporters revient à mettre en danger leurs sources et à les intimider», ajoute l'organisation. RSF «condamne fermement ces attaques et demande au ministère chinois de l'Information et de la Technologie de fournir des explications».

«Ma vie privée a été violée. Et tellement de gens ont été mis en danger par ces fuites, c'est horrible», dit une journaliste citée par RSF. Cet incident intervient alors que le groupe américain Google a menacé de cesser toute opération en Chine à cause de la censure et d'attaques informatiques visant notamment des comptes Gmail appartenant à des défenseurs des droits de l'Homme.

Soupçon de complicités internes en Chine

Le géant internet Google tente par ailleurs de vérifier si certains de ses employés en Chine ont été complices des attaques informatiques dont il a été victime, a affirmé le Wall Street Journal mardi. Selon le journal américain, qui ne cite pas ses sources, certains des 700 employés en Chine de Google se sont vu interdire l'accès au réseau interne de leur entreprises pour la durée de l'enquête.

L'entreprise américaine a affirmé lundi continuer à mener ses opérations en Chine sans changement pour le moment, réagissant à des informations de presse selon lesquelles elle aurait mis au chômage forcé des employés.

Google a indiqué ne plus être enclin à appliquer la censure réclamée par les autorités chinoises sur ce marché de plus de 380 millions d'utilisateurs. Les Etats-Unis ont souhaité avoir des explications de Pékin sur cette affaire. Le gouvernement chinois a pour sa part affirmé que le secteur de l'internet chinois était ouvert aux étrangers à condition qu'ils respectent les lois chinoises, tout en assurant que la polémique actuelle n'aurait pas d'impact sur les relations économiques sino-américaines. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!