Turquie: Des corps de migrants retrouvés sur des plages
Actualisé

TurquieDes corps de migrants retrouvés sur des plages

Les corps d'une dizaine de migrants ont été retrouvés ces derniers jours sur le rivage turc de la mer Egée.

Nouveau drame de l'immigration en Turquie où des corps ont été retrouvés sur des plages.

Nouveau drame de l'immigration en Turquie où des corps ont été retrouvés sur des plages.

photo: Kein Anbieter/DR/marine italienne

Les malheureux, retrouvés sur des plages turques, sont morts noyés en tentant d'atteindre l'Europe par la mer.

Les corps de cinq hommes et d'une femme ont été rejetés mardi sur le rivage à Seferihisar, près d'Izmir, a déclaré le gouverneur du district, Resul Celik. Selon des médecins légistes, ils se seraient noyés voici cinq à dix jours. L'agende de presse Anatolie a de son côté parlé de sept corps.

Les garde-côtes turcs ont de leur côté indiqué avoir retrouvé les corps d'une jeune fille et de deux femmes près d'Ayvalik, un peu plus au nord, à la suite du naufrage d'un navire, dont treize occupants avaient pu être secourus.

Les traversées se poursuivent

La Turquie est devenue l'un des principaux points de départ des migrants qui veulent s'installer dans l'Union européenne (UE). Malgré les mauvaises conditions hivernales, de nombreux migrants tentent encore chaque jour la périlleuse traversée vers les îles grecques. La semaine dernière, au moins 36 migrants sont morts noyés.

La Turquie et l'UE ont signé fin novembre un «plan d'action» qui prévoit une aide européenne de trois milliards d'euros aux autorités turques en échange de leur engagement à mieux contrôler leurs frontières et à lutter contre les passeurs.

Mais cet accord tarde à produire ses premiers effets. En visite lundi à Ankara, le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a jugé encore «beaucoup trop élevé» le flux des migrants entre la Turquie et la Grèce.

Ne pas tuer la libre-circulation

Le commissaire européen Dimitris Avramopoulos, en charge des migrations, a de son côté défendu jeudi la libre-circulation dans l'espace Schengen, remise en cause par la crise migratoire. La fin de la libre-circulation marquerait «le début de la fin du projet européen», a-t-il averti à Bruxelles.

Si l'UE ne fait pas preuve d'unité, elle risque de renvoyer l'Europe vers «son sombre passé», a-t-il insisté, déplorant l'application toujours trop lente du plan de répartition de réfugiés arrivés en Italie et en Grèce.

Dimitris Avramopoulos était invité à faire le point, devant la commission des libertés civiles du Parlement européen, sur la réponse européenne à l'afflux exceptionnel de migrants qui continuent d'arriver sur les côtes grecques.

Face à une situation parfois incontrôlable, plusieurs Etats membres ont réintroduit des contrôles provisoires à leurs frontières ces derniers mois, à l'intérieur d'un espace Schengen.

Relocalisation indispensable

Pour Dimitris Avramopoulos, la liberté de circuler est «la plus grande réalisation» de l'intégration européenne. «Il ne s'agit pas seulement de migrations et de sécurité, si les frontières sont fermées, l'économie est en jeu, l'économie est menacée», a-t-il plaidé.

Pour sauvegarder cet acquis, il a appelé les Etats membres à «coopérer davantage» pour appliquer pleinement la batterie de mesures prises ces derniers mois, et notamment le plan dit de «relocalisation» dans l'UE de réfugiés arrivés en Italie et en Grèce.

Pour l'heure, sur les 160'000 demandeurs d'asile qui doivent être répartis à terme dans l'UE et d'autres pays dont la Suisse, seuls 272 l'ont été effectivement. Et les Etats membres n'ont notifié que 4237 places disponibles. (nxp/afp)

Sauveteurs espagnols arrêtés

Cinq sauveteurs en mer espagnols ont été arrêtés sur l'île grecque de Lesbos, principale porte d'entrée des migrants en Europe, soupçonnés d'implication dans le trafic de migrants, a-t-on appris jeudi de source de la police portuaire. Les suspects comparaissaient en début d'après-midi devant le procureur, soupçonnés de «tentative de facilitation d'entrée des migrants illégaux dans le pays», a indiqué la police portuaire.

Deux d'entre eux, contrôlés mercredi en mer par la police portuaire à bord d'un zodiac, ont été découverts en possession de couteaux et d'une radio CB non déclarée, ce qui a provoqué les soupçons des gardes-côtes et déclenché l'arrestation de leurs trois compagnons, a précisé une source policière.

(NewsXpress)

Ton opinion