Actualisé 17.05.2017 à 16:12

Vaud

Des criminels l'ont forcée à voler des montres de luxe

Une ex-employée de l'entreprise Hublot a volé pour 536'000 fr. de montres sur son lieu de travail. Elle y aurait été contrainte.

de
mkm
La prévenue travaillait chez Hublot, à Nyon.

La prévenue travaillait chez Hublot, à Nyon.

Keystone

«Une histoire digne d'un roman policier»: c'est ainsi qu'une avocate a défini la mésaventure qui a conduit sa cliente à se retrouver mardi face au Tribunal correctionnel de l'arrondissement de La Côte. Un soir de juillet 2015, cette ouvrière horlogère quinquagénaire aurait été agressée dans son immeuble par deux Roumains. Les hommes lui auraient ordonné de voler des montres de luxe sur son lieu de travail et de les remettre à sa nouvelle amie, une prostituée roumaine d'une trentaine d'années, faute de quoi ils s'en seraient pris à sa famille.

Elle a ainsi dérobé 20 montres Hublot en quelques mois, pour un total de 536'000 francs, révèle «La Côte», dans son édition de mercredi. Jusqu'en octobre, où le stratagème a pris fin. L'employée indélicate a été licenciée et s'est retrouvée plusieurs mois en détention préventive. Elle risque une condamnation à 26 mois de prison pour vol en bande, dont 11 mois ferme avec sursis de deux ans.

Son «amie» roumaine, «instigatrice de ces vols» et «pivot d'une organisation bien rodée» selon la procureure, ne s'est pas présentée au tribunal, mardi. Le Ministère public a requis contre elle 36 mois de prison, dont 16 ferme, avec un sursis de deux ans. Quant aux hommes de main roumains, ils ont disparu sans laisser de trace. Tout comme les 20 montres de luxe.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!