Publié

ZurichDes CV anonymes pour lutter contre les préjugés

Deux politiciens se battent pour que le nom, le sexe et l’âge des postulants soient occultés lors de la première évaluation des dossiers pour des postes à la Ville de Zurich. Ils souhaitent ainsi mettre un terme aux discriminations.

par
ofu
Dominique Meienberg

Un coup d’oeil sur les noms de famille des employés municipaux de Zurich ne révèle que très peu de diversité. A l’image de Fischer, Vogel, Meier ou encore Kern, les noms sont, dans la majorité des cas, bien suisses. Selon Isabel Garcia, députée communale (Vert’libéraux), ils ne reflètent pourtant pas la réalité sociale de la ville de Zurich. Raison pour laquelle elle ainsi que son collègue Përparim Avdili (PLR) s’engagent pour faire changer cela, relate ce lundi le «TagesAnzeiger».

Les deux politiciens soupçonnent que les postulants avec un nom de famille étranger soient parfois désavantagés. «Je n’accuse personne, mais certains préjugés sont ancrés au plus profond de nous», estime Përparim Avdili. Selon lui, l’origine et le sexe influencent l’appréciation que l’on se fait d’une personne et ce même de manière inconsciente.

Une étude de l’Université de Neuchâtel confirme en effet que les personnes portant un nom de famille étranger doivent envoyer en moyenne 30% de postulations en plus qu’un autre candidat avant de se faire convier à un entretien. Les ressortissants kosovars seraient les plus désavantagés.

Isabel Garcia et Përparim Avdili demandent le lancement d’un projet-pilote visant d’anonymiser la procédure d’embauche à la Ville. Concrètement, le nom, l’origine, le sexe, l’âge, l’apparence tout comme l’état civil ne devraient pas être visibles lors de la première évaluation des dossiers. Seule la qualification entrerait ainsi en vigueur pour savoir si quelqu’un est convié ou non à un entretien. Le PLR souligne: «Lors d’une rencontre personnelle, la plupart des préjugés disparaissent.»

Une motion allant dans le même sens a été déposée l’an dernier au niveau cantonal. Le conseil-exécutif s’est exprimé à ce sujet fin novembre. Son verdict est négatif. Selon lui, les administrations font déjà suffisamment d’efforts pour lutter contre la discrimination. La mise en pratique d’une telle anonymisation coûterait trop cher.

Un projet pour le CV anonyme à l’Etat de Genève

Deux élues genevoises estiment qu’un curriculum vitae anonymisé permettrait d’éviter toute discrimination liée à l’origine, l’âge, le genre ou l’apparence physique des candidats pour un poste dans la fonction publique. Les députées socialistes Jennifer Conti et Xhevrie Osmanie ont ainsi déposé l’an dernier un projet de loi en ce sens auprès du Grand Conseil

Postulat déposé à Lausanne

Le conseiller communal socialiste Musa Kamenica a déposé en octobre dernier un postulat prônant l’introduction de CV anonymes dans les fonctions publiques et les institutions subventionnées par la Ville de Lausanne. Selon lui, cette mesure permettrait de lutter contre les discriminations à l’embauche et de constituer une société plus égalitaire. Il rappelle par ailleurs que plusieurs villes et collectivités publiques dans les pays scandinaves, en Allemagne, aux Pays-Bas, aux États-Unis, en Belgique ont mis en place un tel instrument et ce avec succès.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
206 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Lisza Maszone vélo vélos

12.01.2021 à 23:54

Vélo vélos vélos vélo vélo 🚲 vélo vélo vélos vélos vélo vélo et vélos 🚲

Berni203

12.01.2021 à 20:18

En gros c’est comme si on reprochait a la municipalité de Rome de n’engager que des italiens ou à la mairie de madrid de n’engager que des espagnols? mdr le gouvernement suisse est vraiment masochiste ce n’est pas possible autrement. Et si vraiment discrimination il y avait, comment expliquer que les initiants ont tous des noms à consonance étrangères ? Car selon eux en étant étrangers on n’as pas accès aux administrations ?

Zactoronto

12.01.2021 à 19:41

Certaines nations se sont déjà prêtées à ce jeu et devinez quoi, il y avait encore moins de diversité à la fin car seules les compétences réelles étaient prises en compte... ils ont donc opté pour la discrimination positive