Actualisé 06.07.2020 à 12:56

Suisse

Des délits qui ont coûté deux fois plus chers

L'ampleur des fraudes économiques traitées l'année dernière a pris l'ascenseur. Elles ont engendré un préjudice de 363 millions de francs, soit deux fois plus qu’en 2018.

(image prétexte)

(image prétexte)

Keystone

L'ampleur des délits économiques traités en Suisse l'année dernière a pris l'ascenseur. Au total, ils ont engendré un préjudice de 363 millions de francs, selon le baromètre des fraudes de KPMG.

L'année dernière, les tribunaux suisses ont traité 48 cas portant sur une somme d'au moins 50'000 francs, soit deux de moins qu'un an auparavant. Par contre, le montant des préjudices, de 363 millions, est deux fois plus élevé que les 166 millions de 2018. Neuf délits ont occasionné un dommage supérieur à 10 millions.

«Le danger vient de l’intérieur»

Les délits commis en 2019 l'ont été en premier lieu par des «escrocs de métier», ensuite par des collaborateurs et enfin par la direction. Le plus gros délit, qui a porté sur une somme de 136 millions, a été commis par un membre du management. «Le KPMG Forensic Fraud Barometer 2019 montre que le plus grand danger vient de l'intérieur», selon les auteurs du rapport.

En première ligne, les clients ont été les principales cibles des fraudes, suivis par les institutions publiques et les établissements financiers. Par région, l'espace Mittelland a été la zone la plus touchée, avec quatre cas pour un préjudice total de 116 millions. La région lémanique et Zurich venaient ensuite.

Les données de KPMG ne reflètent qu'une partie du problème, dans la mesure où une grande partie des délits ne fait l'objet d'aucune plainte.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!