«Euro-obligations»: Des députés du camp Merkel lèvent le tabou
Actualisé

«Euro-obligations»Des députés du camp Merkel lèvent le tabou

Des députés du parti CDU de la chancelière allemande Angela Merkel lèvent mardi dans le quotidien Handelsblatt le tabou des euro-obligations.

Burkhard Balz, député européen de la CDU. (dr)

Burkhard Balz, député européen de la CDU. (dr)

«Nous devons aussi en Allemagne nous poser la question de savoir à quelles conditions nous pourrions accepter des euro-obligations», a dit Burkhard Balz, député européen de la CDU, dans l'édition de mardi du journal économique.

«Cela ne sert à rien de voir les choses en noir et blanc. (...) Je ne crois pas que (les euro-obligations) soient un instrument du démon», a dit pour sa part le député CDU Johann Wadephul au Handelsblatt, selon un communiqué envoyé séparément par le quotidien.

Armin Laschet, l'un des membres du directoire du parti CDU, a lui déclaré au quotidien que la zone euro devait «franchir de nouvelles étapes dans son intégration», et que «en dernier ressort des euro-obligations» devraient également faire partie des instruments disponibles.

Le Handelsblatt affirme par ailleurs que des députés européens de la CDU ont composé un document de 11 pages énumérant les avantages de telles obligations communes aux pays de la zone euro, qui seraient selon eux «un signal d'unité et de fermeté envoyé aux marchés.»

Le porte-parole d'Angela Merkel avait une nouvelle fois lundi affirmé que l'Allemagne rejetait l'instauration d'obligations européennes pour lutter contre la crise financière, et assuré que ce sujet ne serait pas à l'ordre du jour de la rencontre prévue mardi avec le président français Nicolas Sarkozy.

Mais les euro-obligations ont de nombreux partisans en Europe. De tels titres permettraient aux pays en difficulté de faire baisser leurs coûts de refinancement, ils augmenteraient cependant les taux d'intérêt pour les pays les plus solides, Allemagne en tête. (afp)

Ton opinion