Genève: Des détenus peuvent de nouveau sortir
Actualisé

GenèveDes détenus peuvent de nouveau sortir

Une quarantaine de prisonniers profitent de la levée de la mesure prise par le département de la sécurité, au lendemain de la mort de la thérapeute Adeline.

par
rle

Pierre Maudet a levé mercredi l'interdiction de sortie des prisonniers genevois, décidée le 13 septembre au lendemain du meurtre d'Adeline, cette sociothérapeute de La Pâquerette. Le conseiller d'Etat, candidat à sa réélection, précise que les détenus dangereux ne sont pas concernés par cette mesure. Selon la «Tribune de Genève», seule une quarantaine de personnes incarcérées peuvent donc en profiter.

130 prisonniers dangereux

«Le doute doit profiter à la population plutôt qu'au condamné, c'est évident et non négociable, affirme Pierre Maudet. Mais il faut être conscient que maintenir ces personnes sans sortie peut générer d'autres risques dans la gestion de la prison et, par la suite, lors de leur retour dans la société. Mais il ne s'agit en tous les cas pas d'octroyer des sorties pour des preneurs d'otages, des incendiaires, des délinquants sexuels et des assassins, comme il peut y en avoir à La Pâquerette.»

Ces quelques 130 prisonniers dangereux devront attendre le début de l'année prochaine pour connaître les nouvelles règles ou leurs nouvelles conditions de sortie. A cet égard, la remise du second rapport de l'ex-conseiller d'Etat Bernard Ziegler le 31 janvier sera décisive.

SAPEM réorganisé

Par ailleurs, le Service d'application des peines et mesures (SAPEM), critiqué par le premier rapport Ziegler, a été réorganisé en trois groupes. Un premier concerne le secteur «peines», qui gérera le cas de 3500 condamnés par an. Un deuxième s'occupera des détenus dangereux exécutant de lourdes sanctions. Enfin, un secteur «logistique» sera dévoué à l'archivage de dossiers et au système d'information. Deux juristes seront engagés prochainement pour faire face à tout cela.

Ton opinion