Avions de combat: Des drones pour remplacer les jets
Actualisé

Avions de combatDes drones pour remplacer les jets

Des experts de gauche en matière de sécurité exigent d'Ueli Maurer qu'il achète des drones pour remplacer les avions de combat. Cette solution serait beaucoup moins onéreuse.

par
rga
Un drone D 124 de l'armée suisse, sur la base d'Emmen (LU), en plein envol.

Un drone D 124 de l'armée suisse, sur la base d'Emmen (LU), en plein envol.

Selon les dernières propositions du Département de la défense (DDPS), les militaires envisagent l'acquisition de 22 nouveaux avions de combat pour un montant de 6 milliards de francs, ce qui équivaut à 272 millions de francs par appareil. Des experts militaires de gauche sont cependant persuadés que la protection de l'espace aérien de la Suisse pourrait être assurée à l'aide de drones, infiniment meilleur marché que les avions de combat.

«Il suffirait de quelques drones pour assurer la surveillance de l'espace aérien. Cette solution serait très avantageuse financièrement parlant», estime Peter Hug, un expert militaire du Part socialiste (PS), dans le «Blick». Grâce aux drones, les FA-18 pourraient rester au sol et intervenir uniquement en cas de nécessité.

Les drones coûtent beaucoup moins cher que les avions modernes de combat. En 1999, l'armée a déboursé 350 millions de francs pour 28 drones affectés au système de reconnaissance Ranger, c'est-à-dire 12,5 millions de francs par appareil. Pour Jo Lang, le conseiller national des Verts de Zoug, l'armée ne veut pas de drones «car ils en font une guerre de religion». Lang soupçonne d'autres raisons pour expliquer l'amour du DDPS pour les jets de combat: pour collaborer de façon efficace à l'Otan, la Suisse devrait, selon lui, disposer d'avions de chasse et non de drones.

Ton opinion