Valais: Des dysfonctionnements en cascade à l'hôpital
Actualisé

ValaisDes dysfonctionnements en cascade à l'hôpital

Les affaires qui ont secoué l'Hôpital du Valais entre 2010 et 2014 sont dues à de multiples dysfonctionnements à tous les niveaux, selon le rapport de la commission d'enquête parlementaire (CEP).

Le Conseil d'Etat, le conseil d'administration, la direction, le patron de la chirurgie, aucun n'est exempt de reproche. Les dysfonctionnements multiples et à tous les niveaux sont à l'origine d'une crise «davantage imputable aux personnes qu'aux structures», a déclaré le président de la CEP Xavier Moret.

En 2010, un chirurgien avait dénoncé des problèmes de qualité dans le domaine de la chirurgie hautement spécialisée. Il n'a pas été écouté par sa hiérarchie. Une expertise sommaire est demandée par le chef du département de la santé qui servira de base pour réfuter les critiques. Le chirurgien critique est finalement licencié.

Equilibre pas trouvé

Le Conseil d'Etat s'est réfugié derrière sa mission de surveillance pour ne pas s'immiscer dans l'opérationnel, dénonce la CEP. Une attitude distante qu'il conserve trois ans plus tard suite à plusieurs décès mettant à nouveau en cause le patron de la chirurgie hautement spécialisée.

La CEP constate que dix ans après la mise en place de la structure Hôpital du Valais, un hôpital multisite qui groupe les anciens hôpitaux régionaux, l'équilibre des responsabilités entre les instances dirigeantes n'est toujours pas trouvé. La commission réclame une ordonnance pour clarifier les compétences de chacun.

La chirurgie hautement spécialisée s'est retrouvée dans l'oeil du cyclone. Son patron, opérateur vedette, n'a pas démontré la capacité à mettre en place et gérer cette structure. Mais la CEP relève aussi que les personnes impliquées dans ce projet n'ont pas toutes joué le jeu.

Président trop présent

Lorsque le patron de la chirurgie a de nouveau été attaqué en 2013 suite à plusieurs décès, le conseil d'administration et la direction générale avaient changé. Le nouveau président du conseil d'administration Charles Kleiber s'est montré omniprésent.

Le conseil d'administration s'est retrouvé relégué à un simple rôle de chambre d'enregistrement. Charles Kleiber a court-circuité la direction générale et le collège des médecins-cadre pour certaines décisions. Quant au directeur général, il «a fait preuve d'effacement voire de manque de réactivité».

Améliorer la gouvernance

Le président de la commission est conscient que le rapport arrive un peu comme la grêle après les vendanges. Les principaux protagonistes ont démissionné ou vont quitter l'hôpital. Pourtant la CEP insiste pour que ses recommandations soient mises en oeuvre. Elle veut éviter que ce genre de problème ne se reproduise à l'avenir.

La CEP demande au Conseil d'Etat et au conseil d'administration de l'HVS de présenter au parlement un rapport à la fin de l'année sur les démarches entreprises. Outre des améliorations au niveau de la gouvernance, la commission recommande d'instaurer rapidement des collaborations avec les hôpitaux universitaires en matière de médecine hautement spécialisée. (ats)

Ton opinion