Russie: Des e-mails informaient le monde du putsch
Actualisé

RussieDes e-mails informaient le monde du putsch

Une société informatique soviétique a joué un rôle non négligeable lors du putsch manqué des conservateurs russes en 1991, en envoyant à travers le monde des dizaines de milliers d'e- mails.

Ce moyen de communication était alors tout nouveau, il est devenu depuis incontournable. Maria Stepanova, une ancienne employée de RelCom qui fut la première société informatique de l'URSS, était en route pour partir en vacances le 19 août 1991, jour du putsch, lorsqu'elle est tombée sur des colonnes de chars dans les rues de Moscou. Elle a alors immédiatement décidé d'aller retrouver ses collègues.

«Nous avons réalisé que quelque chose d'énorme était en train de se produire et que les gens devaient le savoir», a déclaré à l'AFP cette fumeuse invétérée dans les locaux moscovites de sa nouvelle société internet.

Pendant les trois jours du putsch, RelCom a envoyé des dizaines de milliers d'e-mails pour tenir informé des observateurs du monde entier, bien avant l'essor d'Internet.

Vingt ans plus tard, la Toile et les réseaux sociaux sont en effet devenus des plate-formes indispensables dans les mouvements de contestation, à l'instar des récentes révolutions dans les pays arabes.

L'histoire de RelCom commence au sein de l'institut de recherche top-secret Kourtchatov de Moscou. Une équipe de 10'000 chercheurs spécialisés dans le nucléaire et de mathématiciens est alors engagée pour développer des systèmes informatiques équivalents à ceux de l'Occident.

En 1990, l'équipe parvient à accéder à des serveurs informatiques en Finlande via une ligne téléphonique. Ce lien unique permet alors à RelCom d'avoir accès à un forum mondial appelé UseNet, un des précurseurs d'Internet.

Putschistes et KGB dépassés

Via ce forum, RelCom va parvenir à envoyer des e-mails à l'Occident, un point non négligeable en ce 19 août, alors que les putschistes ont coupé les radios et contrôlent les chaînes de télévision en URSS.

Et une des premières nouvelles diffusées par RelCom le premier jour du putsch furent les paroles de Eltsine, qui, monté sur un blindé, a dénoncé un coup d'Etat et appelé à la désobéissance civile.

«Peut-être que (ce) décret de Eltsine a été reçu par un de nos clients par fax (...) et ensuite il a été transmis. Quoi qu'il en soit, l'appel de Eltsine au peuple a été l'une des premières choses que nous avons publiée», explique Mme Stepanova.

A cette époque, RelCom n'avait que 3000 clients, au sein d'instituts et d'organisations étatiques. Lorsque Boris Eltsine a été informé du rôle de cette société, quelques mois après sa victoire sur les conservateurs, il a été «stupéfait», indique Mme Stepanova, qui l'a rencontré en personne.

En effet, il n'avait jamais entendu parler de cette société top secrète. Même le puissant KGB (les services secrets soviétiques) ne comprenait pas son fonctionnement. Les activités de RelCom n'ont ainsi jamais été suspendues et aucun de ses employés n'a été arrêté.

(ats)

Ton opinion