Neuchâtel: Des écolières permettent l'arrestation d'un exhibitionniste
Actualisé

NeuchâtelDes écolières permettent l'arrestation d'un exhibitionniste

Grâce à la présence d'esprit de trois pré-adolescentes, un exhibitionniste a pu être appréhendé à Gorgier (NE). Deux d'entres elles ont relevé le numéro de plaques de l'individu.

par
Catherine Bex

«C'est un succès», a souligné hier Pascal Luthi, porte-parole de la police neuchâteloise. Grâce au sang-froid et à la présence d'esprit de trois jeunes filles de 11 et 12 ans, un exhibitionniste de 26 ans a pu être interpellé. Après une seconde rencontre avec cet individu louche, deux pré-adolescentes ont décidé de relever son numéro de plaques minéralogiques, en l'écrivant sur une main. Une troisième jeune fille, qui avait été suivie par cet homme, en a parlé à ses deux amies, puis à ses parents. Ceux-ci ont immédiatement appelé la police. «Nous avons pu l'appréhender le jour même grâce à son auto», a précisé Pascal Luthi.

A fin septembre, cet habitant de Cortaillod a rôdé dans la région neuchâteloise de la Béroche avec sa voiture, sur des sentiers peu fréquentés. Quand une jeune fille passait près de lui et de son véhicule, il demandait son chemin, ses attributs masculins à l'air. Au moins trois jeunes filles ont été témoins de ses pratiques.

Le porte-parole de la police se félicite de l'attitude des trois jeunes filles. «Dans de tels cas, le message important à faire passer est surtout d'en parler à d'autres. Entre enfants, mais aussi aux instituteurs, aux parents et à la police. Cela aide notre travail. Parfois, les gens ont des réticences à nous parler, craignant de nous déranger. Mais c'est tout le contraire!»

L'exhibitionniste a pour sa part reconnu les faits. Il sera déféré au Ministère public. Selon l'article 194 du Code pénal, il risque jusqu'à 180 jours-amende.

Des cas peu fréquents

Les cas d’exhibitionnisme restent rares dans le canton de Neuchâtel, selon le porte-parole de la police, Pascal Luthi. «Nous avons recensé seize cas depuis le début de l’année, dont un seul sur des mineurs si jeunes.» Ces cas varient en effet d’une année à l’autre. En 2005, 30 cas d’exhibitionnistes ont par exemple été signalés auprès de la police neuchâteloise et, en 2008, 12 cas seulement. En comparaison, pour la même année, le canton de Genève a recensé 30 cas et le canton de Vaud 74.

Selon Pascal Luthi, il n’existe toutefois pas de profil sociologique type. «On voit de tout, des très jeunes comme des plus âgés. Mais ce sont toujours des hommes.»

Ton opinion