Cybermobbing en Suisse: Des écoliers suisses ont peur à cause de Momo
Actualisé

Cybermobbing en SuisseDes écoliers suisses ont peur à cause de Momo

Depuis des semaines, le «Momo Challenge» circule via WhatsApp, fait peur aux jeunes et les pousse à commettre des actes dangereux pouvant aller jusqu'à la mort. En Suisse, le phénomène est aussi bien connu.

par
jk/bz/ofu/ats

La fille de S.B. peine à dormir depuis plusieurs jours. La petite de 8 ans fait d'atroces cauchemars à cause de Momo. Cette entité effroyable aux grands yeux globuleux circule depuis plusieurs semaines via WhatsApp et menace les jeunes en les incitant à commettre des actes dangereux. «Mon enfant n'a pas encore de natel, mais des camarades plus âgés lui ont parlé de Momo. Toute cette histoire a pris une telle ampleur qu'un enseignant a abordé la problématique avec tous les écoliers de 2e année d'école primaire.» Selon la maman zurichoise, plusieurs autres élèves n'arriveraient plus à dormir parce qu'ils ont peur de Momo. «Je suis contente que l'école a réagi en abordant le sujet», explique S.B.

Une enquête non- représentative, réalisée par nos confrères de «20 Minuten», montre que nombre d'enfants craignent Momo en Suisse.

«J'ai tout effacé»

Mila, 10 ans, affirme ainsi: «Ce personnage fait peur. Je ne sais pas qui c'est.» L'écolière raconte qu'un de ses camarades de classe a même profité de la situation pour lui faire peur: «Il a mis Momo en photo de profil et ensuite il m'a envoyé des messages.» Sonja, 13 ans, assure qu'elle n'a pas peur: «Oui, moi aussi j'ai reçu des messages comme ça. Certains de mes amis ne peuvent plus dormir la nuit», explique-t-elle cependant. L'adolescente précise avoir reçu un message dans lequel était écrit que Momo se trouvait dans sa chambre et qu'elle allait la tuer si elle ne le faisait pas suivre à un certain nombre de personnes. «J'ai tout effacé.»

Dans les messages circulant dans l'espace germanophone, Momo dit être une fille, morte écrasée il y a trois ans par une voiture. Si la personne ne fait pas suivre le message à 15 autres individus, Momo menace de se rendre dans la chambre du destinataire à minuit et de le tuer.

Deux morts

Le texte en question est envoyé sous diverses autres formes dans le monde entier. Il n'est pas rare qu'il menace les destinataires afin qu'ils commettent des actes dangereux. Un père de famille a porté plainte début novembre dans l'ouest de la France pour «mise en danger de la vie d'autrui» contre YouTube, WhatsApp, un site de rencontres pour adolescents et l'État français, après le décès de son fils de 14 ans mi-octobre. Retrouvé mort dans sa chambre chez ses parents, pendu avec sa ceinture de kimono, Kendal, bien inséré dans la vie et plein de projets, ne se serait pas suicidé selon sa famille mais aurait été pris au piège via le jeu sur internet «Momo Challenge».

Prendre les enfants au sérieux

En Belgique, un adolescent de 13 ans, qui était entre la vie et la mort depuis le 23 octobre après avoir relevé le challenge inquiétant, a succombé à ses blessures. Tout porte à croire qu'il aurait voulu se filmer en direct sur le Net pour relever ce défi. Rapidement, les pistes du «Blue Whale Challenge» et du «Momo Challenge», ont été avancées et une enquête a été ouverte pour déterminer ce qui a poussé cet adolescent à vouloir se pendre au domicile de ses parents.

Franziska Peterhans, secrétaire centrale de la Faîtière des enseignants suisses, explique que le «Momo Challenge» et tout ce qui s'y rapporte ne sont rien d'autre que du cybermobbing. «La crainte des enfants doit être prise au sérieux et il faut en parler. Les jeunes doivent comprendre qu'ils doivent parler aux adultes lorsqu'ils tombent sur quelque chose qui les effraie sur le Net.»

Vous avez aussi déjà reçu des messages de Momo? Ou vos enfants ont-ils déjà abordé la thématique avec vous? Faites-nous part de votre expérience en remplissant le formulaire ci-dessous.

Envies suicidaires? Faites-vous aider!

Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance.

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Ton opinion