Actualisé 23.02.2019 à 09:22

Allemagne

Des élèves mineurs «invités» à boire en classe

Un projet scolaire dans la ville de Templin suscite la grogne: 90 élèves de moins de 16 ans doivent être sensibilisés à l'alcool et ses méfaits. Or, la consommation de vin et de bière est aussi au programme.

de
20minuten/cam
Des parents s'offusquent que leurs enfants puissent boire de l'alcool à l'école.

Des parents s'offusquent que leurs enfants puissent boire de l'alcool à l'école.

Marioguti

Dans le cadre du projet «Lieber schlau statt blau» (Plutôt malin que soûl) mené dans un établissement scolaire de Templin, dans le Land de Brandebourg, quelque 90 élèves de 15 à 16 ans sont invités à boire jusqu'à 0,8 litre de vin ou 1,3 litre de bière. Les élèves qui n'ont jamais été en contact d'alcool précédemment peuvent également y participer.

Selon les initiateurs du projet, celui-ci doit servir à prévenir une future dépendance à l'alcool. Or, des parents montent au créneau contre cette initiative. Dans le journal local «Nordkurier», Claudia G., la mère d'un élève, passe carrément à l'offensive. «Notre devoir est d'informer nos enfants sur les dommages causés par la consommation d'alcool et les drogues. Et maintenant, voilà que les enseignants veulent leur offrir de l'alcool en classe», déplore-t-elle. Elle aurait dû signer une déclaration de consentement selon laquelle elle autorisait son fils de 15 ans à boire en classe. Mais elle a refusé.

Même la caisse d'assurance maladie allemande DAK ne croit pas aux bienfaits d'une consommation surveillée d'alcool. «Les enfants ne doivent pas être des cobayes», estime le porte-parole de la caisse Rüdiger Scharf au journal «Bild». La prévention fonctionne aussi sans alcool. «C'est ce que nous faisons de notre côté dans notre projet, en faisant porter des lunettes qui simulent un taux d'alcoolémie élevé».

La politicienne Roswitha Schier (CDU) est également effarée. «Les élèves qui vivent dans des familles qui ne boivent pas subissent la pression du groupe pour boire. Et vous ne faîtes pas fumer des gens pour les mettre en garde contre les méfaits de la cigarette. C'est dingue», lâche-t-elle.

Et qu'en pense-t-on du côté de l'établissement scolaire? La directrice, Barbara Liedtke avoue qu'elle ne laisserait pas son propre enfant boire un litre de bière. Elle défend néanmoins le projet: «Il ne s'agit pas de se soûler, mais de mesurer les conséquences d'un trop grande consommation. Et les élèves qui se vantent de ne pas être contre l'alcool devraient aussi se questionner sur leur capacité à y résister», poursuit-elle.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!