Genève: Des élèves se rebellent contre la grève des profs
Actualisé

GenèveDes élèves se rebellent contre la grève des profs

Des élèves du cycle d'orientation de Drize et du collège Voltaire ont débrayé ce lundi . Ils contestent des mesures prises par les enseignants dans le cadre des manifestations de fonctionnaires. La direction de Drize a écrit aux parents.

par
dra/leo

«On paie pour eux! On est en colère contre nos profs et la direction qui ont supprimé les célébrations de l'Escalade, la boum de fin d'année, les sorties et les camps», s'insurge Yvan*, 14 ans. Cet élève du Cycle d'orientation de Drize, à Carouge, et ses camarades ont décidé de ne pas aller en cours ce lundi.

De 300 à 400 élèves, selon un décompte des étudiants eux-mêmes et 200 selon le Département de l'instruction publique, ont débrayé. Ils s'opposent aux mesures prises par leurs professeurs dans le cadre des mouvements de protestation de la fonction publique: annulation de plusieurs sorties et camps, notamment. Les employés de l'administration cantonale dénoncent depuis plusieurs semaines les mesures d'économie préconisées par le Conseil d'état.

Rencontre entre profs et étudiants

Les élèves de Drize se sont vus la semaine dernière pour préparer leur mouvement... qui pourrait durer. Selon l'un d'eux, ils pourraient renouveler leur grève mardi. Une élève indique que la direction leur a demandé de regagner les classes de cours vers 8h45, mais la plupart a refusé. «Une délégation a rencontré la direction et demandé l'annulation des mesures prises par les professeurs. Mais il n'y a eu aucun résultat», souligne Mariane*.

Le Département de l'instruction publique (DIP) confirme la grève des élèves «qui ont manifesté en masse sur le parking avec des pancartes, notamment». Des discussions ont eu lieu entre profs et élèves. Ces derniers ont réintégrés les classes dans la matinée. La direction a dû solliciter l'aide d'agents municipaux pour empêcher les jeunes étudiants de partir en cortège en ville, souligne le DIP. Elle a ensuite négocié avec ceux-ci afin d'éviter le départ dans le centre. La direction du cycle de Drize n'a pas souhaité s'exprimer.

Débrayage à Voltaire

Un débrayage du même type s'est tenu au collège Voltaire. Des dizaines de collégiens se sont réunis dans le hall de l'établissement aux alentours de 10h. Selon la direction, le «sit-in» a duré environ trois quarts d'heure. Après discussions, les élèves sont retournés en cours. Ils protestaient notamment contre l'annulation de la soirée de l'Escalade, prise à la suite de la décision des enseignants de ne pas encadrer la disco. «C'est injuste, s'émeut Manon*, étudiante en 3e année. Des profs ont fait un peu de propagande, nous ont incité à aller défiler en ville avec eux lors des manifs (ndlr, de la fonction publique) et tout d'un coup, on ne nous demande plus notre avis, on annule tout, on est sacrifié!»

«Ils sont déçus, c'est normal, notent direction et enseignants du collège. Mais à partir du moment où la décision de ne pas encadrer la soirée de l'Escalade a été prise, nous devons l'annuler car la sécurité n'est alors plus garantie.» Une rencontre entre les profs et une quarantaine d'élèves avait eu lieu vendredi en fin de matinée pour expliquer la raison de ce boycott, précise la direction.

«Il est difficile d'expliquer aux élèves nos mouvements de protestation en relation avec les interdictions des soirées de l'Escalade, par exemple, car la situation est complexe», souligne la Fédération des associations des maîtres du cycles d'orientation (FAMCO). «Mais supprimer les sorties ou les camps, c'est montrer qu'à l'avenir ces activités sont menacées par les coupes budgétaires voulues par le Canton», selon Michael Savoy, délégué du Cycle de Drize à la FAMCO.

Enfin, le cycle de Drize a écrit ce lundi soir aux parents. Impossible de réorganiser l'Escalade à temps, mais des «réjouissances» auront lieu le 23 décembre pour «atténuer la déception des élèves», indique sa direction. Elle promet des camps de ski l'an prochain et précise que si les voyages d'étude devaient être annulés, les avances payées par les parents leur seront remboursées.

*Prénoms d'emprunt

Ton opinion