Actualisé 19.01.2010 à 12:30

Protection des animaux

Des éleveurs font toujours souffrir les animaux

Nombre d'élevages continuent à faire souffrir les animaux à force de malformations pour satisfaire aux exigences des expositions.

La Protection suisse des animaux exhorte la Confédération de mettre un terme à ces pratiques en faisant appliquer la nouvelle ordonnance.

Depuis 2005, la loi suisse est censée interdire les élevages d'animaux «aux caractéristiques extrêmes», rappelle mardi la Protection suisse des animaux (PSA) dans un communiqué. Cette disposition légale n'a toutefois quasiment pas eu d'effet, déplore l'organisation qui a du même coup dénoncé, pour l'exemple, un éleveur canin auprès de l'Office vétérinaire fédéral (OVF).

La plainte déposée par la PSA concerne un carlin mâle. Ce dernier suffoquait l'an dernier lors de l'exposition Animalia à Lausanne. Sa langue pendait en permanence, ce qui indique un manque d'oxygène, explique l'organisation. Et de souligner que ce cas n'est malheureusement pas isolé.

Chiens quasi-incapables de respirer à cause d'un museau enfoncé, chats nus sans vibrisses - des organes sensoriels prépondérants -, canards aux énormes touffes de plumes perforant leur cerveau, ces animaux souffrent de «l'ignorance» et de «l'ambition aveugle» de leurs éleveurs. L'ordonnance sur la protection des animaux devrait pourtant empêcher ces phénomènes de foire, souligne la PSA.

Le texte interdit en effet «l'élevage d'animaux susceptibles de les priver de façon congénitale de parties du corps ou d'organes utilisés couramment par l'espèce», voire des «malformations entraînant des maux, des douleurs ou des dommages». La PSA exige donc que l'OVF fasse appliquer l'ordonnance en créant des valeurs limites afin d'éviter les caractéristiques non désirées.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!