Réclamations à la pelle: Des emballages trompeurs pour dissimuler le renchérissement

Publié

Réclamations à la pelleDes emballages trompeurs pour dissimuler le renchérissement

Haribo vend moins d’oursons; Rama moins de margarine. Les défenseurs des consommateurs en Allemagne sont alarmés. En Suisse aussi, le phénomène prend de l’importance.

par
Fabian Pöschl
ofu
1 / 5
Agitation autour de Haribo.

Agitation autour de Haribo.

Photo: imago images/CHROMO RANGE
Le fabricant de friandises met onze oursons de moins dans le sachet en raison du renchérissement en Allemagne.

Le fabricant de friandises met onze oursons de moins dans le sachet en raison du renchérissement en Allemagne.

Photo: Reuters
En Allemagne, la margarine Rama du producteur de denrées alimentaires Upfield est désormais disponible à 400 grammes au lieu de 500, mais dans le même grand pot.

En Allemagne, la margarine Rama du producteur de denrées alimentaires Upfield est désormais disponible à 400 grammes au lieu de 500, mais dans le même grand pot.

Photo: imago images/Manfred Segerer

Les fabricants de produits alimentaires veulent répercuter leurs coûts de production plus élevés sur la clientèle. Si les prix n’augmentent pas, il faut faire attention au poids. Ainsi, en Allemagne, le géant de la confiserie Haribo mettra à l’avenir onze petits oursons de moins dans son emballage.

Le sachet de 200 grammes ne pèsera plus que 175 grammes, soit plus de 10% de moins. En revanche, l’entreprise veut maintenir le prix à 99 centimes et ne pas dépasser le seuil d’un euro, comme l’écrit le «Bild».

En Suisse, Haribo ne réduit pas le contenu, mais a d’ores et déjà modifié le prix. Concrètement, l’entreprise a augmenté le prix recommandé aux commerçants et aux commerçantes, confirme une porte-parole du groupe. Elle ne précise pas combien ils doivent payer de plus. Chez Coop, certaines friandises Haribo coûtent désormais entre 4% et 8% de plus, selon les propres indications du distributeur.

«Haribo, comme toutes les entreprises, est fortement sollicité dans la situation actuelle», explique la porte-parole du géant de la confiserie. Les coûts des ingrédients, mais aussi du matériel d’emballage, de la logistique et de l’énergie auraient augmenté dans des proportions inédites au cours des derniers mois. «Nous avons donc décidé de répercuter une partie de ces coûts.»

Malgré tout, des louanges

Toujours est-il que les défenseurs des consommateurs félicitent Haribo pour avoir réduit non seulement le contenu, mais aussi la taille du sachet, au lieu de simplement y injecter plus d’air. Cela rend les choses un peu plus transparentes. Les clients pourraient ainsi mieux percevoir la réduction de la quantité de remplissage.

En effet, de nombreux fabricants économisent sur le contenu tout en conservant le prix et l’emballage. En Allemagne, le producteur de margarine Upfield ne remplit plus le pot de Rama que de 400 grammes au lieu de 500. Upfield a également réduit le contenu de ses marques Sanella, Lätta et Becel. Les critiques des associations de consommateurs ont fusé.

«C’est ce que l’on appelle la ‘shrinkflation’ (contraction entre rétrécir et inflation)», explique le surveillant des prix, Stefan Meierhans. En d’autres termes, l’inflation par rétrécissement du contenu. Actuellement, les défenseurs des consommateurs en Allemagne enregistrent un nombre record de plaintes concernant des emballages dits trompeurs. Ils s’attendent à encore davantage de signalements en automne et en hiver.

Sur Twitter également, de nombreux utilisateurs et utilisatrices publient des exemples sous le hashtag Shrinkflation.

Selon le surveillant des prix, l’inflation est un moteur essentiel de ce phénomène. Même si avec 3,4%, il n’est pas aussi répandu en Suisse qu’en Allemagne ou qu’aux États-Unis où le taux atteint presque 10%. En Suisse, il y a encore eu peu de dénonciations de cas de «shrinkflation», précise Stefan Meierhans.

Le surveillant des prix note néanmoins que de nombreux fabricants de boissons ont également déjà réduit la taille des bouteilles à 0,45 litre en Suisse. «Nous, les clients, avons le pouvoir de nous rabattre sur des alternatives dans de telles conditions et c’est ce que nous devrions faire!» conseille Stefan Meierhans.

La Fondation alémanique des consommateurs confirme que les fabricants économisent sur le contenu, principalement à l’étranger. Toutefois, rien ne dirait que cela en restera là. «Actuellement, il faut s’attendre à ce que de nombreux fabricants recourent à cette astuce», déclare André Bähler, responsable économie et politique à la protection des consommateurs.

Comment reconnaître la «shrinkflation»?

Depuis que les prix ne sont plus affichés sur les produits, mais sur les rayons, il est plus difficile pour la clientèle de comprendre les changements de prix, selon la fondation alémanique des consommateurs. Un indice serait le nouveau design des emballages. Souvent, les fabricants profiteraient de l’occasion pour augmenter le prix ou diminuer la contenance. Ce n’est pas illicite tant qu’ils ne dissimulent pas la quantité d’un produit.

Ton opinion

150 commentaires