Des émetteurs antijeunes équipent le Palais Eynard
Actualisé

Des émetteurs antijeunes équipent le Palais Eynard

GENEVE – Les adolescents sont tenus à distance du siège du gouvernement de la ville par la diffusion d'ultrasons les incommodant.

«Je ne cautionne absolument pas ce genre d'installation», fulmine Christian Ferrazino. Informé, par «20 minutes», de la présence de ces émetteurs aux abords du Palais Eynard, situé dans le parc des Bastions, le conseiller administratif en charge du Département de l'aménagement et des constructions, est furieux. «Je vais intimer l'ordre à mes services de les enlever», promet-il.

Surnommés «Mosquitos», ces appareils diffusent des ultrasons de 20 000 Hz que seules les personnes de moins de 25 ans perçoivent. Il en résulte pour les adolescents un sifflement insupportable. Avec l'âge, la sensibilité aux hautes fréquences diminue. L'inventeur de «ce repousse jeunes» est le Prix Nobel anglais Howard Stapleton.

La décision d'installer cette invention dans l'aile Calabri du Palais Eynard revient au Service des bâtiments. Etonnement, elle a été prise à l'insu du magistrat de tutelle. Le dispositif a été mis en place il y a quelque semaines pour répondre aux réclamation des employés. Ces derniers se plaignaient régulièrement des déprédations causées par les jeunes aux alentours du Palais.

«Si l'on veut que les jeunes respectent le domaine public, il faut commencer par les respecter eux», professe Christian Ferrazino. Certains siègent même en commission au Palais Eynard. A l'instar du conseiller municipal de 22 ans Simon Brandt, qui réagit: «Je me sens discriminé par cette mesure. De quel droit le gouvernement fait-il de la ségrégation?»

La question du respect de la légalité se pose aussi. L'article 3 de la charte des droits humains stipule qu'il n'est pas autorisé d'infliger un traitement dégradant à autrui.

Renaud Bournoud

Ton opinion