Actualisé 30.05.2012 à 16:00

Suicide (VD)Des EMS veulent une clause d'exception

Des EMS craignent de se voir contraints à accueillir des cas d'assistance au suicide dans le cadre de l'initiative Exit.

Onze EMS vaudois ont manifesté publiquement leur opposition à l'initiative d'Exit et au contre-projet du Conseil d'Etat soumis à votation le 17 juin. Ils craignent de se voir contraints à accueillir des assistances au suicide dans leurs murs.

Ces EMS demandent qu'une clause d'exception soit insérée dans la future loi d'application. Des impératifs de conscience ne permettent pas à certaines directions et à certains conseils de fondation d'accepter une telle pratique, expliquent-ils.

Mourir dans la dignité

A leurs yeux, mourir dans la dignité, c'est être accompagné humainement et dans le respect de la vie donnée jusqu'à la fin. Pour respecter la liberté du patient, ces EMS s'engagent à annoncer clairement dans leur charte et à l'accueil du résident que l'assistance au suicide n'est pas possible entre leurs murs.

Ces EMS recommandent aux Vaudois de voter deux fois non le 17 juin prochain. Parmi ces établissements figurent la Fontanelle à Vevey, La Paix du soir au Mont-sur-Lausanne, l'Institution Béthanie à Lausanne, les 5 EMS subventionnés du groupe Boas, Phare Elim de l'Armée du Salut à La Tour-de-Peilz, la résidence la Girarde à Epalinges et Praz-Soleil à Château d'Oex.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!