Genève: Des enfants vendent leur corps à la gare routière

Actualisé

GenèveDes enfants vendent leur corps à la gare routière

La nuit, le terminal des Pâquis se mue en lieu de rencontres gay et de prostitution. Où l'on peut aussi rencontrer de très jeunes gens.

par
Shahïn Ammane

«Un vieux m'a proposé 300 fr. pour le sucer», a récemment avoué à Alain* un ado de 13 ans, errant près de la gare routière. «Ce môme en rupture s'était enfui de son domicile en France. Il avait déjà eu plusieurs rapports sexuels avec des hommes, révèle Alain, un habitué des lieux. Si le gosse a refusé, c'est parce qu'il a trouvé le type crade. Ce lieu est devenu un repaire pour pédophiles.»

Alain le fréquente pour rencontrer d'autres gays et refuse de le laisser à la merci de tels «pervers». «Avec les beaux jours, ce coin retrouve ses prostitués, reprend-il. Suisses, Français, Brésiliens et, depuis peu, Roumains convergent ici.»

Roméo, Brésilien de 22 ans, en fait partie. Il confesse avoir déjà vu «des enfants» monter dans des voitures. «Je n'irai toutefois pas à la police, car je n'ai pas de papiers», explique-t-il.

La brigade des moeurs confirme aussi avoir eu vent de ce phénomène, mais en l'absence de certitudes, elle ne peut pas intervenir. De son côté, Vincent Jobin, de l'association Dialogai, affirme avoir «retiré la gare routière du plan recensant les points de rencontres homos parce qu'elle devenait malfamée».

Selon Alain, une rumeur prétend que c'est le père d'un enfant abusé qui a mis le feu aux locaux de la gare routière en décembre dernier. La police enquête toujours.

* prénom d'emprunt

Ton opinion