DIVERS: Des éprouvettes à commotion et vite!
Publié

DIVERSDes éprouvettes à commotion et vite!

Des chercheurs anglais pensent avoir élaboré un test révolutionnaire qui serait capable de localiser rapidement les traces d’une commotion cérébrale grâce… à la salive.

par
Sport Center
Les blessures à la tête laissent souvent des traces invisibles.

Les blessures à la tête laissent souvent des traces invisibles.

DR

Les blessures à la tête laissent souvent des traces invisibles, insidieuses et tenaces. La commotion, ce fléau, fait partie des risques dans de nombreux sports. Mais comment prévenir ces accidents ou les diagnostiquer rapidement? C’est ce que plusieurs chercheurs dans le monde étudient depuis des années.

Selon eux, une prise en charge plus rapide pourrait éviter des séquelles entraînées par un retour au jeu précipité, par exemple. Mais comme les symptômes varient beaucoup d’un athlète à l’autre, que ces derniers ont souvent de la difficulté à les identifier, il peut être parfois compliqué d’apposer un diagnostic clair et précis. La situation est particulièrement inquiétante notamment dans le hockey sur glace et le football américain.

On se souvient de cette commotion du Fribourgeois Julien Sprunger aux Mondiaux de hockey en Suisse en 2009 contre les États-Unis.
ERIC LAFARGUE

On se souvient de cette commotion du Fribourgeois Julien Sprunger aux Mondiaux de hockey en Suisse en 2009 contre les États-Unis.
ERIC LAFARGUE

Des chercheurs au Royaume-Uni pensent avoir élaboré un test révolutionnaire qui serait capable de localiser rapidement les traces d’une commotion cérébrale grâce… à la salive! Cette découverte, qui a le potentiel de révolutionner la médecine sportive, a été publiée dans le British Journal of Sports Medicine de cette semaine. Les glandes salivaires généraient des biomarqueurs qui déterminent si un athlète a oui ou non été victime d’une commotion cérébrale.

Les chocs en rugby sont souvent violents…

Les chocs en rugby sont souvent violents…

Getty Images

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs anglais ont échantillonné la salive de 150 joueurs de rugby, avant le début d’une saison et après une commotion soupçonnée. Le taux de précision des biomarqueurs serait de 94%. C’est plutôt encourageant.

En 2012, Dan Fritsche avait été commotionné après un gros choc contre Kloten. Ce n’était ni le premier, ni le dernier joueur de hockey sur glace.

En 2012, Dan Fritsche avait été commotionné après un gros choc contre Kloten. Ce n’était ni le premier, ni le dernier joueur de hockey sur glace.

ERIC LAFARGUE

L’impact d’un coup

Il s’agit d’une percée majeure qui permettrait de valider un diagnostic lorsque les informations rapportées par un joueur blessé ne sont pas suffisamment claires pour émettre un verdict médical. Il est déjà possible de mesurer l’impact d’un coup, à la tête, mais cela se fait en laboratoire et cela nécessite plusieurs heures d’analyse. Cette nouvelle méthode, si elle est perfectionnée, pourrait permettre d’avoir des tests instantanés, disponibles sur les lignes de côté.

Pour récolter la salive des joueurs de hockey ou de football, ce ne serait pas trop compliqué. Il suffirait de laisser quelques éprouvettes à leurs pieds, au banc des joueurs

Ton opinion

5 commentaires