Afrique du Sud: Des extrémistes inculpés de «haute trahison»
Actualisé

Afrique du SudDes extrémistes inculpés de «haute trahison»

Quatre extrémistes de droite arrêtés dimanche et soupçonnés d'avoir fomenté un attentat contre le congrès de l'ANC ont été inculpés mardi de haute trahison et d'activité terroriste.

Le congrès de l'ANC avait fait l'objet d'une surveillance particulière.

Le congrès de l'ANC avait fait l'objet d'une surveillance particulière.

Les quatre suspects, des hommes blancs âgés de 40 à 50 ans, préparaient des attentats depuis le début de l'année et voulaient tuer le président Jacob Zuma, son adjoint Kgalema Motlanthe, des ministres et des responsables de l'ANC, a accusé le procureur Shaun Abrahams, lors d'une audience au tribunal de Bloemfontein (centre).

Johan Prinsloo et Hein Boonzaaier, deux des accusés, sont des responsables du Parti fédéral de la liberté (FVP), un nouveau parti qui milite pour une Afrique du Sud fédérale avec des régions autonomes pour les Blancs. L'audience a été reportée au 8 janvier.

Informations contradictoires

La police avait donné des informations contradictoires lundi, affirmant dans un premier temps que les terroristes visaient le congrès de l'ANC en cours à Bloemfontein, avant de démentir formellement tout lien avec le parti dominant. «L'état actuel de l'enquête et les preuves rassemblées confirment que leurs activités visaient également le congrès de l'ANC», a finalement déclaré mardi le porte-parole de la police Billy Jones dans un communiqué.

Le congrès regroupe pendant cinq jours 4.500 délégués et tous les principaux dirigeants du pays. Mardi était le jour clef, avec l'élection de la direction du parti.

Plusieurs groupes d'extrême droite ont eu recours à la violence depuis la fin du régime ségrégationniste d'apartheid en 1994. En août dernier, vingt personnes ont été condamnées pour haute trahison dans le cadre d'un complot visant à assassiner le premier président noir Nelson Mandela et chasser les Noirs du pays. L'organisation, appelée Boeremag, avait projeté un coup d'Etat en 2002 pour renverser le gouvernement post-apartheid. (afp)

Ton opinion