Hooliganisme à Neuchâtel: Des fans du FC Sion s'attaquent à la police
Actualisé

Hooliganisme à NeuchâtelDes fans du FC Sion s'attaquent à la police

Des heurts ont éclaté près d'un hôpital public dimanche avant la rencontre entre Neuchâtel Xamax et le FC Sion. Une dame âgée a notamment été victime des Sédunois.

par
Grégoire Corthay

Le lieutenant-colonel Ivan Keller de la police cantonale relate ce qui s'est passé dimanche 6 février en ville de Neuchâtel.

«Un train spécial avec 700 à 800 personnes est parti du Valais en début d'après-midi. Ses occupants ont causé un certain nombre de dommages en gare de Lausanne sur les coups des 13h30-14h en jetant des bouteilles par les fenêtres. Ils ont endommagé un ou plusieurs véhicules et des immeubles à proximité de la gare», relate l'officier.

Ils cherchent à affronter les fans de Xamax

«Juste avant l'arrivée en gare de Neuchâtel (vers 14h30), ils ont de nouveau lancé des bouteilles par les fenêtres. Cette fois sur un train qui les croisait à vitesse réduite. Ensuite, à la descente du train, ces quelque 800 supporters se sont rendus en direction du stade, mais avant d'y arriver ils ont bifurqué à la rue de la Maladière. Ce chemin mène au stamm – le bistrot «Gibraltar» – des supporters de Xamax. Cette rue passe aussi devant l'hôpital de Pourtalès. Les fans valaisans s'y sont alors massés», poursuit l'officier.

A ce moment-là, la police, «pour éviter la confrontation», explique s'être interposée. Le but était d'empêcher les Valaisans de se rendre vers les fans neuchâtelois pour les affronter physiquement. Face aux policiers, certains ultras sédunois ont alors jeté des pierres, des bouteilles et des engins pyrotechniques.

La police réplique avec des balles en caoutchouc

«A cette occasion, nous avons dû faire usage de balles en caoutchouc. Au total, il y a neuf tirs qui ont été effectués (n.d.l.r.: chaque tir projette plusieurs dizaines de balles). Ces tirs ont été effectués après les sommations d'usage évidemment», précise Ivan Keller.

Les forces de l'ordre ont ainsi réussi à repousser les Valaisans vers l'entrée du secteur visiteurs du stade de La Maladière où ils ne se sont pas calmés. «A cet endroit, ils ont défoncé le dispositif de la sécurité privée en bousculant les barrières et en laissant des bouteilles et ils ont empêché que la fouille se fasse dans de bonnes conditions. Celle-ci a dû se faire dans les escaliers qui montent au stade», note le lieutenant-colonel.

Des supporters ratent le début du match

Cette fouille sommaire n'a pas permis d'empêcher les supporters de faire entrer des engins pyrotechniques dans le stade. Les incidents à l'entrée du stade ont aussi retardé l'accès de la tribune pour les visiteurs à quelque 200 fans valaisans. Ceux-ci ont manqué une dizaine de minutes de la rencontre.

«A notre connaissance, nous devons malheureusement déploré deux blessés légers suite aux heurts près de l'hôpital. Un jeune qui est tombé au sol durant la bousculade et qui a dû subir des points de suture et une vieille dame qui passait par là par hasard qui a été bousculée par les Valaisans et qui a perdu connaissance quelques instants. Elle n'a toutefois pas eu besoin de soins», souligne Ivan Keller, qui précise encore que, malgré le comportement de certains supporters, la police cantonale neuchâteloise n'a effectué aucune arrestation.

Si ces échauffourées n'ont pas provoqué de blessés graves, elles ont en revanche provoqués des dégâts matériels. Les vitres d'une voiture ont notamment été brisées.

Les heurts en images

Ton opinion