Mondial 2014: Des fantômes à chasser et une revanche à prendre
Actualisé

Mondial 2014Des fantômes à chasser et une revanche à prendre

Quatre ans jour pour jour après le traumatisme de Bloemfontein, la Suisse retrouve l'obstacle hondurien sur la route des 8es de finale, mercredi soir (22 h).

par
Marc Fragnière
Manaus

Privée de dessert en Afrique du Sud après un insipide match nul (0-0) face au Honduras, la Nati aura à c½ur de prendre sa revanche. Elle abattra sa dernière carte sur les coups de 16 h locales face à des Latino-Américains rugueux, qui font figure de Petit Poucet du Mondial 2014.

«Nous savons que nous avons plus de talent qu'eux», a affirmé Granit Xhaka. Appliquant à merveille la méthode Coué, Valon Behrami, sorte de grand frère motivateur de cette Suisse multiculturelle, est venu injecter quelques doses d'enthousiasme et d'autoconviction devant la presse. «On a le potentiel. On a envie de faire quelque chose de bien. Ces deux derniers jours j'ai vu un groupe positif à l'entraînement. Il a fait preuve de beaucoup de concentration et le football proposé était de haut niveau», a affirmé le ­Tessinois.

Le milieu récupérateur de Naples, dragué par l'Inter Milan, entend gravir le triste mur hondurien à grand renfort d'enthousiasme: «C'est un match qu'il conviendra de vivre avec les émotions», a-t-il martelé, conscient que la tâche proposée au onze helvétique sera d'autant plus compliquée que l'air sera irrespirable dans l'Amazonia Arena. «On a bien préparé cela depuis quatre mois, a-t-il toutefois tempéré. Et puis, il y a beaucoup d'Américains qui évoluent en Europe et si l'on regarde comment ils ont couru contre le Portugal, on se dit qu'il n'y aura pas d'excuse à faire valoir.» Les supporters suisses espèrent surtout qu'il n'y aura pas besoin d'en invoquer à l'issue de la rencontre...

Il marche sur les traces du père

Il n'y a pas que la fratrie Palacios au Honduras. Un autre joueur continue de perpétuer une tradition familiale dans les rangs de la Bicolor: Carlo Costly. Auteur face à l'Equateur du premier but des «Catrachos» en Coupe du monde depuis? 1982, le robuste attaquant de 1 m 90 poursuit une histoire. Celle commencée par Allan, son défenseur de père, sur les pelouses espagnoles, 32 ans plus tôt. Né le 18 juillet 1982, Carlo n'avait tout juste pas assisté aux exploits paternels. Il y a quatre ans, il aurait déjà dû reprendre le flambeau de son géniteur en Afrique du Sud. Mais une fracture du pied droit, survenue un mois avant le début du tournoi, avait ruiné cet espoir. Sept buts lors des éliminatoires de la CONCACAF ont donné au fiston une nouvelle opportunité de poursuivre l'½uvre paternelle. Et, bien plus que l'histoire familiale, Carlo pourrait, face à la Suisse, écrire celle de tout un peuple en devenant le premier Hondurien à marquer deux goals en Coupe du monde.

La France ne va pas solder son troisième match

Alors qu'un nul suffirait au bonheur helvétique en cas de succès des Bleus contre l'Equateur, les Suisses sont persuadés que la France jouera le jeu. «Après ce qui s'est passé l'autre jour (ndlr: les Bleus ont étrillé la Nati 5-2), il est difficile d'être fan de la France. Mais j'ai confiance en elle. Et puis Benzema et Giroud ont sûrement un oeil sur le classement des buteurs», a lâché Behrami. A en croire l'ailier français Valbuena, la motivation de bien faire ne manque pas: «Il y a une grosse attente des joueurs avant un match pareil, on a tous envie de jouer au Maracana.» Un mordant qui pourrait se révéler salutaire pour la Suisse.

Ton opinion