Genève: Des festivals s'inquiètent pour leur avenir

Actualisé

GenèveDes festivals s'inquiètent pour leur avenir

Plusieurs rendez-vous culturels genevois, dont Electron, sont en danger, estiment leurs organisateurs. En cause: des subventions versées au compte-goutte.

par
leo
Keystone/Martin Ruetschi

De gros nuages noirs planent sur plusieurs festivals genevois. «C'est une catastrophe, déclare Emmanuelle Dorsaz, directrice d'Electron, dans la «Tribune de Genève». Tout le monde est en danger. Genève risque de perdre ses festivals.» Une inquiétude partagée par les organisateurs de Voix de Fête, qui se demandent s'ils ne devront pas annuler des soirées.

Plusieurs acteurs culturels font face à de grandes difficultés financières depuis le début de l'année. En effet, faute de budget 2017, la Ville de Genève doit fonctionner sur les 12e provisionnels, c'est-à-dire qu'elle ne peut dépenser chaque mois plus que le douzième du budget de l'année précédente. En conséquence, les subventions du Département de la culture et du sport sont versées à petites doses. Ce qui perturbe l'organisation de festivals de taille moyenne comme Electron, qui ne peut demander par exemple aux grandes agences d'artistes anglais de patienter.

De son côté, la Ville dit comprendre les préoccupations, mais indique qu'en pareilles circonstances, des choix ont dû être faits: «On a dû établir une liste de priorités pour verser la subvention à ceux qui en avaient le plus besoin, lorsque cela était possible», explique le conseiller administratif Sami Kanaan, chargé de la culture, dans les colonnes du quotidien genevois.

Ton opinion