Actualisé 24.07.2009 à 11:21

feux du 1er août

Des feux d'artifice hors de portée de la crise

Malgré la crise, le ciel helvétique ne sera pas chiche en feux d'artifice le soir du 1er Août.

A quelques jours de la Fête nationale, les affaires de la branche s'annoncent au moins aussi bonnes que l'année précédente, selon un tour d'horizon réalisé par l'Associated Press. La principale inconnue est la météo.

Wilfred «pétard» Burri, propriétaire d'un magasin de feux d'artifice à Berne, ne ressent pas la crise. Les grandes commandes, passées notamment pas les hôtels, se situent au même niveau que l'année précédente. Son fournisseur lui a par ailleurs raconté qu'à Genève, les échoppes et stands de feux d'artifice ont accru leurs ventes de 25% par rapport à 2007 pour la Fête nationale française le 14 juillet.

Le Bureau suisse pour la coordination de la pyrotechnie (SKF) table également sur un bon 1er Août. «Davantage de Suisses passent leurs vacances à la maison, ce qui devrait se répercuter positivement sur les ventes de feux d'artifice», explique son président Beda Sartory. Les budgets des organisateurs de feux d'artifice sont similaires à l'année précédente et le nombre des commandes a même légèrement augmenté.

La société Hamberger, qui produit depuis 140 ans des feux d'artifice à Oberried, dans l'Oberland bernois, tient le même discours. Son directeur Kurt Abegglen s'attend certes à un recul par rapport au chiffre d'affaires exceptionnel du 1er Août 2008, mais estime que la demande devrait se situer dans la moyenne de ces trois dernières années.

Pour les grands détaillants Migros et Coop, la météo influence bien plus fortement les ventes de feux d'artifice que la crise économique. Si les prévisions sont encore incertaines, il semble pour l'instant que le temps reste changeant jusqu'au 1er Août, selon Météosuisse. L'humidité du mois de juillet aura au moins eu un avantage: aucune interdiction de feux en plein air n'assombrira le ciel helvétique cette année.

Pluie de vrenelis en or

La tendance en matière de feux d'artifice est toujours aux «bouquets» à plusieurs coups. Ces «pots à feu» peuvent contenir entre 30 et 330 salves différentes montant de 20 à 80 mètres, pour une durée de 45 secondes à quatre minutes. Le prix varie entre 20 et 1.250 francs. Les «volcans» restent également très prisés.

Wilfred «pétard» Burri a par ailleurs développé cette année un engin pyrotechnique spécial en clin d'oeil à la crise financière. Il fait retomber comme une pluie de «vrenelis en or». Comme ça, les banquiers toucheront tout de même quelque piécettes cette année, explique l'artificier. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!