Brésil: Des flèches contre les gaz lacrymogènes
Actualisé

BrésilDes flèches contre les gaz lacrymogènes

Des milliers d'Indiens armés d'arcs et de flèches venus manifester à Brasilia pour défendre leurs droits et leurs terres ont été réprimés avec du gaz lacrymogène.

1 / 44
Michel Temer, qui a dirigé le Brésil deux ans et demi jusqu'à la fin de l'année dernière, a été arrêté ce jeudi 21 mars pour diverses affaires de corruption.

Michel Temer, qui a dirigé le Brésil deux ans et demi jusqu'à la fin de l'année dernière, a été arrêté ce jeudi 21 mars pour diverses affaires de corruption.

kein Anbieter
Troisième enquête judiciaire contre le chef de l'Etat brésilien Michel Temer. (20 décembre 2018)

Troisième enquête judiciaire contre le chef de l'Etat brésilien Michel Temer. (20 décembre 2018)

AFP
La police fédérale brésilienne a demandé mardi au parquet général d'inculper le président Michel Temer et dix autres personnes, dont sa fille, pour corruption, blanchiment d'argent et association de malfaiteurs. (Mercredi 17 octobre 2018)

La police fédérale brésilienne a demandé mardi au parquet général d'inculper le président Michel Temer et dix autres personnes, dont sa fille, pour corruption, blanchiment d'argent et association de malfaiteurs. (Mercredi 17 octobre 2018)

AFP

Une manifestation rassemblant mardi plusieurs milliers d'Indiens du Brésil a tourné à l'affrontement avec la police devant la chambre des députés à Brasilia.

Les forces de l'ordre ont réprimé avec du gaz lacrymogène l'avancée d'hommes armés d'arcs et de flèches qui tentaient de pénétrer dans le bâtiment en portant de faux cercueils.

«Ces cercueils représentent les Indiens de 305 ethnies qui sont morts ces dernières années. Le lobby de l'agro-business tente de détruire nos droits en transformant le Brésil en grenier du monde et en finir avec notre biodiversité», a affirmé à l'AFP Marize de Oliveira, professeure d'histoire de la communauté Guarani.

Des milliers d'Indiens manifestent à Brasilia

26.04.2017 Des milliers d'Indiens armés d'arcs et de flèches venus manifester à Brasilia pour défendre leurs droits et leurs terres ont été réprimés avec du gaz lacrymogène.

Costumes traditionnels

Plusieurs cercueils flottaient sur les plans d'eaux situés devant la chambre des députés, alors que la fumée blanche des bombes lacrymogènes masquait les couleurs des costumes traditionnels et des peintures corporelles des Indiens.

La manifestation a eu lieu dans le cadre d'une semaine d'activités politiques et culturelles visant à promouvoir les droits des peuples autochtones. (nxp/afp)

Paysans massacrés

Le massacre de neuf paysans brésiliens dans une zone isolée de l'État de Mato Grosso (ouest) est le dernier épisode sanglant de la violence chronique qui rythme les conflits ruraux dans un pays où les grands propriétaires terriens font encore la loi.

Les corps sauvagement mutilés ont été enterrés samedi, mais le carnage est passé presque inaperçu au Brésil, où près de 60'000 meurtres sont commis chaque année.

Les paysans ont été tués jeudi dans le campement de Gleba Taquaruçu do Norte. Les premières informations ont tardé à arriver, tant cette zone est isolée du monde, sans route goudronnée ni signal de téléphone mobile.

(NewsXpress)

Ton opinion