Etats-Unis: Des fuites sur l'acquéreur du «Cri» de Munch
Actualisé

Etats-UnisDes fuites sur l'acquéreur du «Cri» de Munch

L'homme d'affaires américain Leon Black pourrait être l'acquéreur d'une version du «Cri» de Munch, acheté aux enchères en mai à New York pour le montant record de 119,9 millions de dollars.

Leon Black est un homme d'affaires milliardaire et également collectionneur d'art reconnu.

Leon Black est un homme d'affaires milliardaire et également collectionneur d'art reconnu.

Le «Wall Street Journal» qui révèle cette information cite à ce titre «plusieurs personnes proches» de l'homme d'affaires milliardaire, également collectionneur d'art reconnu. Le porte-parole de M. Black n'était pas joignable mercredi soir.

Agé de 60 ans et originaire de New York, Leon Black est le fondateur et membre principal du fonds d'investissement américain Apollo Management. Sa fortune personnelle est estimée à 3,4 milliards de dollars, selon le magazine «Forbes».

La vente tant attendue de la toile, le 2 mai dernier chez Sotheby's à New York, n'avait duré que 12 minutes, faisant augmenter son prix de quelquefois 10 millions de dollars par minute, pour finalement culminer à 119,9 millions sous les concerts d'applaudissements de la salle comble. Estimée au départ à 80 millions, elle est devenue l'oeuvre la plus chère jamais vendue aux enchères.

Mystérieux anonyme

Le nom de l'acheteur, qui a âprement disputé cette oeuvre phare aux côtés de six autres acquéreurs potentiels, n'a pas été divulgué depuis.

La version mise en vente du «Cri», pastel du peintre norvégien Munch réalisé en 1895, représente un homme criant, les mains sur les oreilles, sur fond de ciel ensanglanté à Oslo. Elle était la seule des quatre versions du «Cri» encore détenue par un particulier.

Entre 1893 et 1910, le Norvégien Edvard Munch, peintre expressionniste (1863-1944), avait réalisé quatre versions de ce tableau devenu au fil des ans le symbole de l'angoisse universelle.

Les trois autres versions du tableau appartiennent au musée Munch d'Oslo (2) et à la Galerie nationale d'Oslo (1). (afp)

Ton opinion