Haute-Savoie (F): Rodéos urbains: des gardes à vue et un nouveau meeting interrompu
Publié

Haute-Savoie (F)Rodéos urbains: des gardes à vue et un nouveau meeting interrompu


Trois personnes ont été interpellées en lien avec les rassemblements de bolides survenus fin avril, à Annecy et dans son agglomération. Les forces de l’ordre ont empêché ce week-end un nouveau rodéo.

Les trois individus ont été interpellés puis emmenés dans les locaux de la gendarmerie. 

Les trois individus ont été interpellés puis emmenés dans les locaux de la gendarmerie. 

Lucien Fortunati/TDG

L’enquête sur les deux rodéos urbains, qui ont eu lieu dans la nuit du 29 au 30 avril à Epagny et Annecy (F), avance. Au moins 250 véhicules, immatriculés en France et en Suisse, avaient pris part à ces rassemblements illégaux, qui avaient regroupé jusqu’à 500 personnes selon les autorités françaises. Vendredi, trois individus ont été interpellés par les gendarmes à leur domicile, relate «Le Dauphiné Libéré». Soupçonnés d’avoir participé activement au rassemblement et à sa tenue, ils ont été placés en garde à vue.

Soixante verbalisations

Après un signalement d’habitants, les forces de l’ordre avaient déployé un important dispositif. Soixante personnes avaient été verbalisées et trois véhicules saisis, avec retrait de permis immédiat pour leurs conducteurs. Ceux-ci font face à des procédures judiciaires pour rodéo motorisé. Trois autres individus avaient été testés positifs à l’alcool et aux stupéfiants. Enfin, trois grands excès de vitesse avaient été relevés. Quant aux participants suisses, ils devraient être auditionnés par les forces de l’ordre françaises, comme l’a révélé la «Tribune de Genève» cette semaine: une liste de numéros de plaques a été transmise aux autorités suisses pour leur identification.

Le rodéo urbain est un délit passible d’un an de prison et de 15’000 euros d’amende, a rappelé la Préfecture mercredi dans un communiqué. En outre, les organisateurs de rodéo encourent deux ans de prison et 30’000 euros d’amende. Ces peines sont même portées à trois ans d’emprisonnement et à 45’000 euros d’amende en cas de consommation de stupéfiants ou sous l’emprise de l’alcool.

Plus de 200 conducteurs, dont des Suisses, amendés ce week-end

(leo)

Ton opinion