Actualisé 13.07.2016 à 07:27

Attentats de Paris

Des gendarmes d'élite s'en prennent à leur chef

Des membres du GIGN reprochent à leur chef dans une lettre anonyme d'avoir été «peu courageux» lors des attentats de Paris.

1 / 150
Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019)

Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019)

Keystone
L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017)

L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017)

AFP/archive/photo d'illustration
Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017)

Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017)

AFP

Cette lettre de trois pages adressée au patron de la gendarmerie nationale Denis Favier, révélée par l'hebdomadaire satirique «Le Canard enchaîné» et que l'AFP s'est procurée mardi, est seulement signée «l'esprit de l'inter», au nom de membres de la Force intervention, qui groupe une centaine de militaires.

Il est impossible de savoir combien d'entre eux adhèrent aux propos virulents de ce courrier contre le colonel Hubert Bonneau, mais selon les différents gendarmes du GIGN interrogés par l'AFP sous couvert de l'anonymat, elle émane d'une poignée de mécontents tandis que de nombreux membres de la force d'élite n'y ont pas été associés.

«Un mauvais chef»

«Voilà maintenant deux ans que nous subissons le commandement injuste et peu légitime du colonel Bonneau», «un mauvais chef», «qui fait de son mieux pour minimiser la Force intervention», écrivent les initiateurs de la lettre. Ils estiment qu'il «ne comprend rien aux missions d'intervention», «est peu courageux et perd ses moyens dans l'action».

En cause, notamment, selon ces militaires anonymes -- les syndicats ne sont pas autorisés dans la gendarmerie --, la soirée des attentats jihadistes du 13 novembre, qui ont fait un total de 130 morts et de nombreux blessés.

Au début des attentats, un groupe du GIGN s'est pré-positionné, à la demande des autorités, dans une caserne du centre de Paris, pour intervenir en cas de nouvelles attaques. Selon le courrier anonyme, ce groupe de gendarmes était prêt à intervenir dans la salle de concerts du Bataclan, où des jihadistes ont abattu 90 personnes.

«Scandalisés et traumatisés»

«Alors que nous étions 40 opérationnels (...) prêts à mener un assaut, prêts à faire cesser la tuerie», le colonel Bonneau «attendait sagement d'être appelé» et «se cachait derrière une histoire de compétence territoriale», accusent-ils, se disant «scandalisés et traumatisés par cet événement».

L'assaut au Bataclan contre les jihadistes a été mené par les unités d'élite de la police. La commission d'enquête parlementaire sur les attentats qui vient de rendre ses conclusions a conclu qu'il n'était «pas nécessaire» de solliciter le GIGN, estimant que les unités d'élite de la police, la BRI et le Raid, étaient mobilisées en nombre suffisant à la salle de spectacles. Interrogée par l'AFP, la direction générale de la gendarmerie nationale n'a pas donné suite dans l'immédiat. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!