Actualisé 29.08.2011 à 18:06

AstronomieDes Genevois découvrent une planète habitable

Des chercheurs de l'Observatoire astronomique de l'Université de Genève ont découvert une planète qui pourrait être habitée par des organismes vivants.

Pesant 3,6 fois plus que la Terre, elle contourne son étoile en tout juste 54 jours. Cette exoplanète se situe au bord inférieur de la «zone habitable», écrit l'équipe de Francesco Pepe dans une étude à paraître dans la revue «Astronomy & Astrophysics». Les astronomes appellent «zone habitable» la distance par rapport à une étoile dans laquelle l'eau d'une planète reste à l'état liquide, sans s'évaporer ni geler.

La planète nouvellement découverte et son étoile appelée HD 85512 se situent à 36 années-lumière de notre système solaire. Qu'elle puisse être habitable malgré sa brève période de rotation est due au fait que son étoile est plus petite et plus froide que notre soleil.

Refroidissement par les nuages

Mais d'autres conditions doivent être remplies pour y rendre possible une éventuelle vie, écrivent Francesco Pepe et deux de ses collègues dans un autre article à paraître dans la revue spécialisée. La planète doit ainsi être dotée d'une couverture nuageuse de 50%.

Autrement, l'important rayonnement solaire à sa surface serait trop chaud pour permettre l'existence d'eau. De plus, sur la base de leurs calculs, les chercheurs partent du principe que l'atmosphère de la planète est composée d'oxygène, de carbone et d'azote - comme sur Terre.

Les chercheurs ne peuvent dire si la planète serait habitable avec une autre composition atmosphérique. Mais ils postulent que leur découverte est la candidate la plus prometteuse pour héberger une forme de vie, tout comme la planète «Gliese 581 d», elle aussi repérée par l'Université de Genève.

Chasse efficace

La planète a été découverte grâce à un instrument que les astronomes eux-même ont construits: le spectrographe Harps, installé sur le téléscope de l'Observatoire européen ESO, situé dans les Andes chiliennes. Harps détecte les effets infimes produits par la force d'attractivité d'une planète sur l'étoile qu'elle contourne.

Près d'une centaine des 570 planètes repérées jusqu'ici hors de notre système solaire l'ont été par Harps. La première de ces exoplanètes a été détectée en 1995, également par deux chercheurs de l'Observatoire de Genève, Michel Mayor et Didier Queloz.

Des milliards de planètes?

Pour leur récente recherche, les astronomes ont dirigé Harps sur dix étoiles qu'ils ont soigneusement scrutées afin d'y déceler d'éventuelles planètes de taille relativement réduite. Résultat: au moins trois des étoiles sont escortées par des planètes en orbite. En plus de HD 85512, les chercheurs ont trouvé quatre autres planètes.

Pour Francesco Pepe et ses collègues, ce résultat confirme les théories selon lesquelles les petites planètes sont plus ou moins fréquentes autour d'étoiles similaires au soleil. Selon eux, des planètes pourraient circuler autour d'un tiers des étoiles. Cela signifie qu'il existerait des milliards de planètes relativement petites, peut-être similaires à la nôtre, dans la Voie lactée. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!