Actualisé 21.10.2015 à 10:19

France

Des gens du voyage provoquent une émeute

Des dizaines de Gitans se sont soulevés mardi soir 20 octobre, à Moirans (Isère), pour exiger qu'une personne incarcérée puisse assister aux obsèques d'un proche.

Des dizaines de gens du voyage se sont livrés mardi à des violences dans une commune des Alpes françaises, tandis qu'une mutinerie éclatait dans une prison de la région pour demander une permission de sortie pour un détenu membre de leur communauté, selon des sources concordantes.

Des membres de cette communauté, sédentarisés à Moirans (Isère), réclamaient que le détenu puisse assister aux obsèques de son frère, décédé le week-end dernier dans un accident de la route. Mais «la justice semble refuser d'accéder à leur demande», selon la mairie de cette petite ville. «Ils ont engagé (dans l'après-midi) un bras de fer qui a commencé» sur une route qu'ils ont bloquée, mettant le feu à plusieurs véhicules, selon cette source.

Une centaine de personnes armées de barres de fer ont ensuite bloqué la gare de Moirans, saccagé un restaurant et brûlé des voitures, selon Franck Longo, directeur de cabinet du maire. En même temps, une mutinerie a éclaté dans la prison d'Aiton, où est détenu l'homme au coeur de ces violences. Une vingtaine de détenus ont mis le feu à leur coursive et détruit les serrures de leurs cellules, selon un syndicaliste.

Barrage sur les voies SNCF

Une équipe spécialisée dans le rétablissement de l'ordre dans les prisons a été dépêchée sur place, mais le personnel de la centrale restait bloqué dans l'établissement en début de soirée, a-t-il précisé. Le Premier ministre Manuel Valls a condamné sur Twitter «des violences inadmissibles» et a demandé de «la fermeté» et le «rétablissement de l'ordre».

La juge d'application des peines d'Albertville (Savoie) a rejeté ce mercredi la demande d'autorisation de sortie sous escorte du détenu afin de lui permettre d'assister à l'enterrement de son frère à Moirans (Isère), a indiqué son avocat. «La demande, qui avait été faite directement par mon client, a été rejetée», a déclaré à l'AFP Me Ronald Gallo, en excluant de déposer une nouvelle demande. Le frère du défunt a été tué, samedi, dans un accident de la route après un cambriolage.

Des gens du voyage avaient déjà bloqué fin août une autoroute du nord de la France pour réclamer la libération du fils d'une victime de fusillade pour assister à ces funérailles. L'opposition de droite avait critiqué le manque de réaction des autorités et réclamé des sanctions.

(20 minutes/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!