Suisse: Des «graves problèmes personnels» dès 11 ans
Actualisé

SuisseDes «graves problèmes personnels» dès 11 ans

Les enfants sont touchés de plus en plus tôt par le stress et les problèmes de santé, affirme Pro Juventute.

par
rmf/ats
Les enfants sont de plus en plus stressés et souffrent de troubles du sommeil. Ces problèmes les touchent de plus en plus tôt et peuvent conduire à des épisodes dépressifs, met en garde Pro Juventute.

Les enfants sont de plus en plus stressés et souffrent de troubles du sommeil. Ces problèmes les touchent de plus en plus tôt et peuvent conduire à des épisodes dépressifs, met en garde Pro Juventute.

Keystone

Le stress touche toujours plus les enfants. C'est ce que révèle Pro Juventute, qui présente des statistiques d'utilisation de sa permanence téléphonique pour jeunes, le numéro 147. L'angoisse, les doutes à l'égard d'eux-mêmes, les crises et l'humeur dépressive représentent 29,5% des motifs d'appel, contre 17,5 % en 2012.

Pro Juventute s'adresse donc aux parents, au personnel éducatif et aux enseignants dans une campagne baptisée «moins de pression, plus d'enfance». L'organisation les invite à modifier leur façon de penser et leur comportement, attirant l'attention sur des conséquences d'un stress prolongé pour la santé: maux de tête ou de ventre, lassitude et insomnie qui peuvent devenir chroniques, voire épisodes dépressifs ou même pensées suicidaires.

Insomnies, abattement, surmenage

Des études récentes, comme celle de l'OMS sur la santé des écoliers en Suisse, montrent des évolutions comparables: 27% des enfants de 11 ans souffrent de troubles du sommeil, alors qu'ils étaient 19% en 2002. 15 % d'entre eux se plaignent d'un abattement permanent, contre 11% en 2002.

Les enfants ressentent de plus en plus ces symptômes typiques du stress en Suisse. L'étude Juvenir publiée en 2015 montre à quel point le stress et la pression sont répandus: près de la moitié des jeunes de 15 à 21 ans en Suisse se sentent fréquemment ou très fréquemment stressés ou débordés.

Pas assez de temps libre

La peur relative à l'avenir professionnel est l'un des principaux facteurs qui provoquent le stress qui pèse sur les épaules des enfants et des jeunes, explique Pro Juventute. «Beaucoup de parents veulent préparer leurs enfants très tôt aux exigences de la société de la performance et leur laisser un maximum d'options ouvertes», explique Katja Wiesendanger, directrice. «Au motif de vouloir le meilleur pour leurs enfants, les parents planifient souvent le temps libre de ces derniers. En effet, ils sont d'avis que les loisirs aussi doivent servir un objectif.»

Au contraire, le jeu libre est de plus en plus assimilé à une perte de temps. La recherche prouve pourtant que le développement des enfants est favorisé de manière décisive par le jeu, rappelle-t-elle. Et elle prouve également que la plupart des enfants qui se sentent stressés et débordés sont précisément ceux qui se plaignent d'avoir trop peu de temps pour faire des choses qui leur font plaisir, et en particulier trop peu de temps géré en autonomie.

Conseils pour parents et enfants

Sur le site en ligne stress.projuventute.ch, les adultes peuvent se renseigner sur la manière de soutenir les enfants sans pression accablante. Dès le mois d'avril prochain, la fondation proposera aussi des conseils et de l'aide aux adolescents en la matière. Dans une deuxième phase de sa campagne, Pro Juventute prévoit une étude qui servira à développer des mesures concrètes.

Ton opinion