Epidémie du coronavirus: Des guérisseurs déclarent «protéger» à distance
Publié

Epidémie du coronavirusDes guérisseurs déclarent «protéger» à distance

Une annonce dans des journaux régionaux invite à appeler un couple fribourgeois, qui facture des soins curatifs et préventifs. Les autorités disent être attentives.

par
Frédéric Nejad Toulami /chu

«Notre cabinet est fermé en raison des risques sanitaires, mais nous pratiquons par téléphone, avec un suivi d'un mois pour toutes les maladies, y compris le coronavirus.» Contacté samedi passé, Michel se dit guérisseur. Avec son amie Nathalie, il a fait paraître une petite annonce sous la rubrique «Santé», dans un journal couvrant la Riviera et le Chablais vaudois, dans laquelle ils s'adressent aux gens anxieux ou malades du coronavirus. Et sur son site web, le couple fribourgeois invite les internautes à «appeler sans tarder!»

Pas de promesses

«Nous faisons des protections, y compris sur des patients déjà malades du coronavirus et hospitalisés. Et pour l'instant nos clients sont satisfaits», assure Michel. Prudent, il précise: «Nous ne faisons pas de promesses de guérison, tout comme les médecins d'ailleurs.» Les soins curatifs de ce couple coûtent 200 francs, avec une première tranche à payer d'avance par virement.

Instruction de police en cours

Le Ministère public fribourgeois confirme avoir été informé de cette annonce et a demandé à la police d'ouvrir une instruction préliminaire. «Il s'agira d'examiner si une telle annonce peut constituer par exemple une usure, c'est-à-dire le fait de profiter d'une faiblesse de jugement due à la peur.»

Quant à la police cantonale, elle déclare qu'en cas d'escroquerie ou d'abus de confiance de la part de ce type de guérisseurs, les victimes pourraient les dénoncer à l'autorité pénale: «Nous demandons à la population de suivre les recommandations des autorités politiques et sanitaires. Et il va de soi que nous conseillons de se défier de ce genre de «services», indique-t-elle.

«Annonce inacceptable et concurrence déloyale»

Juriste à la Fédération romande des consommateurs (FRC), Valérie Muster ne mâche pas ses mots: «Ce type d'annonces est juste inacceptable et les journaux qui acceptent de la publier devraient aussi peut-être revoir leur politique.» S'agit-il d'un cas d'escroquerie? Selon elle non, car il faudrait une astuce de la part des guérisseurs. Or les gens sont censés savoir qu'il n'y a pas de remède préventif ou curatif actuellement contre le coronavirus. «Par contre, c'est à notre avis clairement contraire à la Loi contre la concurrence déloyale, car ce sont de fausses allégations. Donc cela pourrait être poursuivi pénalement ou dénoncé à la Commission pour la loyauté dans la publicité.»

La FRC appelle les gens à ne pas répondre à toutes ces sollicitations commerciales autour du coronavirus, «car les arnaqueurs apprécient particulièrement ce climat anxiogène où les gens sont encore plus vulnérables».

Ton opinion