22.10.2020 à 17:43

InnovationDes habits qui rechargent nos appareils, c’est pour bientôt

Des chercheurs de l’Empa ont annoncé avoir créé une substance pouvant servir de capteurs solaires pour les vêtements.

Le polymère luminescent développé par l’Empa est particulièrement flexible. Il est aussi perméable à l’air.

Le polymère luminescent développé par l’Empa est particulièrement flexible. Il est aussi perméable à l’air.

Empa

Recharger son smartphone ou tout autre appareil électronique de manière mobile sera bientôt possible en utilisant ses propres vêtements. Le laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa) a développé un nouveau polymère luminescent pour les fibres textiles, qui capte et transmet l’énergie solaire.

L’équipe de chercheurs dirigée par Luviano Boesel a réussi à incorporer des substances luminescentes dans un polymère (tissu de gel). Ce dernier offre la flexibilité et la perméabilité à l’air dont les vêtements ont besoin, écrit jeudi l’Empa.

Capteur solaire flexible

En collaboration avec des collègues d’autres départements, l’équipe de Luviano Boesel a ajouté deux substances luminescentes différentes au tissu de gel, le transformant ainsi en capteur solaire flexible. À la manière de collecteurs de grande surface, ces substances luminescentes captent un spectre bien plus large que la photovoltaïque classique.

Les nouveaux capteurs solaires peuvent être appliqués aux fibres textiles sans que le textile ne devienne cassant et ne risque de se fissurer ou que la vapeur d’eau sous forme de sueur ne s’accumule à l’intérieur. Les capteurs solaires portés sur le corps répondent à la demande d’énergie toujours croissante, notamment pour les appareils portables, commente l’Empa.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!