Cyberattaque – Des hackers iraniens infiltrent un site d’hébergement israélien
Publié

CyberattaqueDes hackers iraniens infiltrent un site d’hébergement israélien

Samedi, tous les sites israéliens hébergés par Cyberserve étaient inaccessibles. Le groupe de hackers «Black Shadow», présenté comme lié à l’Iran, a revendiqué l’attaque.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

Le groupe de hackers «Black Shadow», présenté comme lié à l’Iran, a revendiqué samedi sur la messagerie cryptée Telegram l’infiltration des serveurs du site d’hébergement israélien Cyberserve, rendant inaccessibles plusieurs de ses sites et commençant à faire fuir des données.

Entre autres cibles, la cyberattaque a touché les sites des sociétés de transports publics Dan et Kavim, desservant l’agglomération de Tel-Aviv, celui du musée des enfants de la ville de Holon et le blog en ligne de la radio publique.

À la mi-journée samedi, ces sites, tous hébergés par Cyberserve, étaient inaccessibles. Black Shadow a par ailleurs rendu disponible sur Telegram ce qu’il a présenté comme le fichier clients, comprenant les noms, e-mails, et numéros de téléphone des usagers de la compagnie Kavim.

«Les premières données sont là (…) Si vous ne nous contactez pas il y en aura d’autres», a mis en garde le groupe de hackers dans un message accompagnant le fichier présumé de la société. Vendredi soir, les hackers avaient envoyé un message sur Telegram alertant Cyberserve de son attaque imminente. «Nous avons des nouvelles pour vous», ont-ils écrit. «Vous ne pouvez probablement pas vous connecter à de nombreux sites ce soir, et c’est parce que la société Cyberserve et ses clients ont été ciblés par nous. Et qu’en est-il des données? Comme d’habitude, nous en avons beaucoup».

Selon les médias israéliens citant des experts, Black Shadow est un groupe hacktiviste anti-israélien qui utilise les techniques de cybercriminalité à des fins financières et idéologiques. En mars, il avait piraté KLS Capital, une société de financement israélienne. En décembre 2020, le groupe avait également infiltré la société d’assurance israélienne Shirbit, dérobant de grandes quantités de données sur les serveurs de l’entreprise avant d’exiger une rançon de près d’un million de dollars et de divulguer progressivement une grande partie des données de la société.

L’attaque de samedi intervient alors que l’Iran a été la cible mardi d’une cyberattaque inédite par son ampleur, qui a paralysé la distribution de carburant à travers le pays. Même si les auteurs n’ont pu être identifiés à ce stade et que l’agence iranienne Fars a pointé du doigt les opposants au régime iranien, Israël ainsi que les États-Unis figurent parmi les suspects.

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires