Attaque de San Bernardino: Des hackers ont aidé le FBI à débloquer l'iPhone
Actualisé

Attaque de San BernardinoDes hackers ont aidé le FBI à débloquer l'iPhone

Les autorités américaines ont pu contourner le code du téléphone de l'un des assaillants de San Bernardino, grâce à une faille.

Des hackers ont permis au FBI d'accéder aux données de l'iPhone utilisé par un des attaquants de la tuerie de San Bernardino (Californie), a rapporté mardi le Washington Post. Ils ont découvert une faille dans le logiciel.

Cette découverte a permis de façonner une pièce de matériel informatique grâce à laquelle les autorités américaines ont pu contourner l'identifiant à quatre chiffres de l'iPhone sans activer une fonction qui aurait effacé toutes les données, a ajouté le journal, citant une source proche du dossier.

Le FBI n'aurait pas eu de difficulté à déverrouiller le code pin à quatre chiffres. Mais la difficulté consistait à désactiver une fonction de l'appareil destinée à effacer toutes les données qui y sont enregistrées après dix tentatives erronées pour trouver le code d'accès, ajoute le Post.

Ces hackers professionnels ont été rétribués pour leur intervention, précise encore le journal.

Les auteurs de la tuerie de San Bernardino ont tué quatorze personnes le 2 décembre avant d'être abattus par la police. Deux autres téléphones portables détruits ont été retrouvés après l'attaque.

Bisbille judiciaire

Le gouvernement a engagé une action en justice contre Apple qui refusait d'extraire les données de l'appareil et en remettre une copie aux enquêteurs ou à leur fournir les codes personnels de l'utilisateur. Apple, soutenu par Google et Facebook, avait refusé au nom de la protection des données.

Le FBI, sans divulguer la méthode employée pour débloquer l'iPhone de San Bernardino avait annoncé le mois dernier qu'il avait réussi à déverrouiller l'appareil grâce à l'intervention d'un tiers non identifié, mettant fin à la confrontation judiciaire avec Apple.

Apple n'a pas l'intention de poursuivre le FBI pour l'obliger à divulguer la méthode employée. Mais ses avocats ont prévenu qu'ils allaient exiger des détails sur les moyens mis en oeuvre par les enquêteurs pour obtenir les données recherchées. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion