Actualisé

RDC Des hélicoptères de l'ONU tirent dans l'est

Des hélicoptères des Nations unies sont de nouveau intervenus dans l'est de la République démocratique du Congo, après que des rebelles ont attaqué mardi les forces gouvernementales.

Cette intervention a été motivée par des «attaques contre des populations civiles», a déclaré Mamodj Mounoubaï, porte-parole de la Monusco, la force des Nations unies en RDC.

La Monusco est l'une des plus importantes opérations de maintien de la paix de l'ONU avec 17'000 soldats, déployés principalement dans l'est instable de la RDC. Son principal mandat est la protection des civils.

Le M-23 s'en est pris mardi matin à des positions des FARDC, les obligeant à reculer jusqu'à environ un kilomètre de Kibumba, une position importante pour protéger la capitale provinciale du Nord Kivu, Goma.

Les combats, ponctués de tirs de mortiers, se sont déroulés toute la journée et se sont calmés ensuite. Quelque 2000 réfugiés ont fui les violences, a précisé le porte parole de la Monusco. Aucun bilan des affrontements n'a pu être obtenu tant auprès des FARDC que du M- 23.

Situation critique pour les réfugiés

Alors que la situation était calme depuis environ deux semaines, les combats ont repris à une trentaine de kilomètres au nord de Goma. Ils se sont déroulés autour des localités de Rugari et de Kimumba après que, selon le major Olivier Hamuli, porte-parole des FARDC dans le Nord-Kivu, les mutins du M23 ont attaqué les positions de l'armée. Des tirs de mortiers ont été entendus par des témoins.

Le colonel Innocent Kayima, commandant des opérations dans ce secteur pour le M23, a confirmé les combats sans donner non plus le moindre chiffre de blessé ou tué.

Selon des témoins, les forces gouvernementales auraient reculé jusqu'à environ un kilomètre de la ville de Kimumba, qui est «le dernier verrou avant Goma», a expliqué un diplomate. Si le M- 23 devait encore avancer, la situation des réfugiés qui se trouvent à Goma, - 10'000 environ, selon le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) -, deviendrait catastrophique.

(ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!