Actualisé

AutricheDes hôpitaux suspendent les circoncisions

Le gouverneur de la province du Vorarlberg, voisine de l'Allemagne et de la Suisse, a demandé aux médecins des hôpitaux publics de sa région de suspendre les opérations de circoncision.

Le gouverneur, Markus Wallner (démocrate-chrétien, ÖVP), dont le parti est membre du gouvernement fédéral de grande coalition dirigé par les sociaux-démocrates (SPÖ), s'est appuyé sur une décision rendue le 26 juin par une juridiction allemande, le Tribunal de grande instance de Cologne (ouest). Ce dernier avait considéré que l'ablation du prépuce pour motif religieux relevait de coups et blessures volontaires, et était donc passible de poursuites pénales.

Depuis, le débat fait rage en Allemagne, la chambre basse du Parlement, le Bundestag, ayant adopté jeudi une résolution appelant le gouvernement allemand à légiférer d'ici à l'automne et à garantir le droit à la circoncision religieuse dès lors qu'elle ne s'accompagne pas de «souffrances inutiles».

En Autriche, la clinique pour enfants de Graz, capitale de la province de Styrie (sud-est), a décidé de ne procéder qu'aux circoncisions déjà programmées et de ne plus plus fixer de date pour de nouvelles interventions.

Critiques

La décision du gouverneur du Vorarlberg a été vivement critiquée tant par la communauté musulmane que par la communauté juive : «Il s'agit d'une attaque contre la liberté religieuse», a ainsi estimé le président de la communauté musulmane en Autriche (IGGiÖ), Fuat Sanac, dans une déclaration au quotidien autrichien Standard à paraître mercredi. «C'est une volonté politique de semer le trouble dans les esprits», alors que la circoncision est chez les musulmans «une tradition depuis des milliers d'années», a-t-il ajouté.

Et le président de la communauté juive de Vienne, Oskar Deutsch, a souligné dans un communiqué que la circoncision était en Autriche «protégée par la Constitution». «Wallner agit dans la précipitation», a-t-il estimé. La porte-parole du Parti social-démocrate (SPÖ) pour la santé, Gabi Sprickler-Falschlunger, a de son côté reproché à Markus Wallner de «céder au populisme».

Selon des estimations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 30% des garçons de 15 ans et plus sont circoncis. Aux Etats-Unis par exemple, une majorité de garçons subissent cette intervention, au nom de l'hygiène autant que du conformisme social.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!